ASCO 2012 dossiers 91-/102 tumeurs du CNS CS256: Mobile Web development - structure
GFME 21/05/2012
Accueil

ASCO 2012 dossiers 91/102 tumeurs du CNS

Asco 2012
2091-Radiochirurgie unique ou fractionnée dans le traitement des métastases radio-résistantes. Etats-Unis
Author(s): Eric Karl Oermann, Jing Wu, Brian Timothy Collins, David E. Morris, Matthew G. Ewend; University of North Carolina at Chapel Hill, Chapel Hill, NC; UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center, Chapel Hill, NC; Georgetown University Hospital, Washington, DC; University of North Carolina at Chapel Hill Lineberger Comprehensive Cancer Center, Chapel Hill, NC
Original :
Résumé :
Le mélanome et le carcinome cellulaire rénal sont communément des tumeurs résistantes à la radiothérapie avec un taux de la réponse diminué de la radiothérapie traditionnelle (1,8-2 Gy / Fraction). Les grandes métastases primaires de cerveau radiorésistantes sont des défis cliniques. Cette étude examine l'impact d'un fractionnement de la radiochirurgie dans traitement de métastases intracrâniennes. 
Méthodes :

Les patients résistants avec un diagnostic de mélanome ou carcinome cellulaire rénal primaires et des métastases intracrâniennes qui ont complété le traitement à L'Université de Caroline du Nord avec radiochirurgie robotique entre 2007 et 2011 ont été analysés rétrospectivement. Les malades ont été traités avec une seule ou 3-5 fractions selon le volume tumoral. Les points fondamentaux de l'étude étaient la survie totale (OS) et le contrôle local (LC), et le point secondaire était le besoin de corticoides pour les patients. Les données des résultats et les variables des pré-traitements ont été analysées pour une utilisation appropriée de tests non paramétriques. 
Résultats :
25 malades non-paramétriques appropriés ont été inclus dans le bras à Une fraction et 13 malades dans le bras multi-fractions, et les caractéristiques pré-traitement étaient équivalentes sauf pour le volume de la tumeur qui était plus grand dans le bras multi-fractions. Après un suivi médian de 4,7 mois (gamme, 1,8-11,6), l'OS médian pour tous les malades était de 6,2 mois. La survie à 1 an était de 35,1% et 5 malades (13%) avaient des échecs locaux dans un temps médian à échec local de 5,5 mois. las malades dans le bras multi-fractions ont manqué un plus haut taux de radiothérapie (10,5%) que les malades avec la fraction unique (2,6%), mais il n'y avait aucune différence dans l'OS. Il n'y avait aucune différence entre les besoins de corticoïdes entre le pré-traitement et le post traitement dans les deux bras.  
Conclusions :
Le fractionnement est supposé faciliter la radiochirurgie dans les grandes tumeurs en limitant des doses importantes de radiations à une grande partie du cerveau sain. Dans notre étude des métastases intracrâniennes radiorésistantes, les grandes tumeurs qui reçoivent la radiochirurgie multi-fractions avaient une diminution du contrôle local sans différence dans les toxicités ou OS. Ces résultats suggèrent un besoin pour l'une et l'autre escalade de dose, ou une thérapie de combinaison conçue pour réduire la dimension de la tumeur (résection ou aspiration) et faciliter le traitement avec une seule fraction.
Asco 2012
2092-Lymphome primaire du SNC, pronostic simple, âge et KPS, expérience Cleveland Clinique. Etats-Unis
Author(s): Manmeet Singh Ahluwalia, Hao Xie, Mital Patel, Samuel T. Chao, John H. Suh, David M. Peereboom; Cleveland Clinic, Cleveland, OH; Cleveland Clinic Lerner College of Medicine, Cleveland, OH
Original :
Résumé :
Le lymphome du système nerveux central (PCNSL) est une variante rare de lymphome non Hodgkinien extranodal qui implique le cerveau, les leptoméninges, les yeux, ou la moelle épinière sans évidence de maladie systémique. LE PCNSL non traité a un cours fatal rapide, avec une survie approximative de 1,5 mois après le diagnostic. Dans cette étude, nous avons cherché à décrire la démographie, les diagnostics, la gestion, et les résultats des malades avec PCNSL dans notre centre Clinique Cleveland.
Méthodes :
Après consentement IRB approuvé, la base de données du Centre de Neuro-Oncologie de la clinique Cleveland a été utilisée pour identifier des malades avec PCNSL histologiquement prouvé entre 1986 et 2010. Les données ont été soumises à des analyses univariante et multivariantes suivies par analyse de régression pour produire modèle pour les malades. 
Résultats :
153 malades ont été diagnostiquées avec PCNSL avec un âge médian de 61 ans et un statut de performance Karnofsky médian (KPS) de 70. La survie sans progression (PFS) était de 9,3 mois. La survie totale (OS) était de 27 mois. Le régime du traitement a inclus la chimiothérapie de methotrexate (MTX) ou une combinaison de chimiothérapie de methotrexate + radiothérapie entière de cerveau (WBRT). Les Malades traités avec le régime MTX avaient une OS de 65 mois, ceux traités avec MTX + le régime WBRT avait un OS de 74 mois. Le modèle Cox des hasards proportionnels a identifié l'âge et le KPS comme les seuls indicateurs pronostiques pour l'OS et la PFS. L'analyse du cloisonnement récursif a catégorisé les malades en 3 groupes d'après ces facteurs pronostiques. Les malades avec KPS au moins égal à 70 avaient un résultat favorable comparé aux malades avec KPS <70. C'était encore plus vrai pour les malades de moins de 60 ans chez qui l'OS médian était de 100 mois.
Conclusions :
Les indicateurs pronostiques se rapprochent de ceux rapportés précédemment et fournissent une validation indépendante pour un modèle pronostique simple et puissant qui n'utilise que l'âge et le KPS pour prédire la survie.

Asco 2012
2093-Gliomes de bas grade des patients âgés. Cleveland Etats-Unis
Author(s): Adewale Alade Fawole, Lizbeth Robles Irizarry, Neda Hashemi-Sadraei, Mital Patel, Manmeet Singh Ahluwalia; Fairview Hospital, Cleveland, OH; Cleveland Clinic, Cleveland, OH; Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH
Original :
Résumé :

Les gliomes de bas grade représentent 10-20% de toutes les tumeurs primaires de cerveau. Les résultats des malades plus âgés avec gliome de bas grade (LGG) ne sont pas bien connus. 
Méthodes :
Après le consentement IRB approuvé, la base de données du Centre de Neuro-Oncologie de la clinique Cleveland a été utilisée pour identifier les malades plus âgés définis comme ceux de plus de 55 ans avec gliome de bas grade histologiquement confirmé au temps de diagnostic. L'analyse multivariantes a été menée avec l'utilisation d'un modèle Cox des hasards proportionnels et un algorithme de sélection de stepwise qui implique un p inférieur à 0,10 comme critère d'entrée et p <0,05 comme critère de maintien dans le modèle pour identifier les prophètes indépendants sur les registres de survie. 
Résultats :
61 malades diagnostiqués entre 1991 et 2010 ont été inclus pour une dernière analyse. Par contraste avec les malades de moins de 55 ans, les plus vieux malades sont majoritairement des hommes (p = 0,06), avec un KPS plus faible au diagnostic (p <0,0001), plus de conditions de comorbidité (p <0,0001), présentent plus de symptômes neurologiques (p <0,0001), avec une histoire antérieure de cancer (p <0,0001), et plus fréquemment avec une tumeur astrocytaire (p =0,008), plus de tumeurs multifocales (p =0,001). Les malades plus âgés ont reçu plus fréquemment la radiothérapie (p = 0,07) et ont subit moins fréquemment la résection entière (p = 0,003). La survie sans progression (PFS) et la survie totale médiane (OS) était 1,9 an et 4,3 ans respectivement. Sur analyse univariante, les malades avec KPS pire (p = 0,01) avaient OS pire (p = 0,003). Les malades avec affaiblissement de la mémoire avaient PFS pire (p = 0,009) et OS pire (p = 0,0001). Les malades traités avec chimiothérapie adjuvante avaient une meilleure OS (p = 0,01). Les caractéristiques des tumeurs associées avec une survie pauvre sont l'histologie astrocytome "pur" ou mélangé (OS, p = 0,06), tumeurs multifocales (OS, p = 0,08), les tumeurs à gauche (p =0,07). Dans l'analyse multifactorielle, le KPS était le seul prophète indépendant de PFS ou OS chez les malades. 
Conclusions
:
Les patients plus âgés, plus de 55 ans, avec gliomes de bas grade ont des résultats moins favorables comparés aux plus jeunes malades. Ils ont plus de conditions de comorbidité et de symptômes au diagnostic. L'usage de la chimiothérapie dans ce groupe de patients a été associé avec une survie améliorée. Le KPS était le seul prophète indépendant de PFS ou OS.
Asco 2012
2094-Sécurité et efficacité de bevacizumab+temozolomide+radiothérapie suivies de bevacizumab+temozolomide+irinotecan chez les glioblastomes récemment diagnostiqués, GRD. Duke Etats-Unis.
0riginal :
Résumé :

Le glioblastome (GBM) a un pronostic très pauvre, et la majorité des malades meurent dans les 2 années après diagnostic. Les GBMs ont de hautes concentrations du facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF), et plus il y a de VEGF, pire est le pronostic. Bevacizumab est un anticorps humanisé anti VEGF qui est actif dans les GBMs récurrents. L'étude a l'intention d'améliorer la survie des malades avec GBM récemment diagnostiqués en incorporant un agent anti angiogénique avec radio-chimiothérapie de temozolomide, et d'ajouter un inhibiteur de topoisomerase, et un agent anti angiogénique à temozolomide en thérapie post radiation. 
Méthodes :
Les Patients ont reçu la radio-chimiothérapie standard avec temozolomide à 75 mg/m2/jour + bevacizumab à 10 mg/kg tous les 14 jours, commencé un minimum de 28 jours après la chirurgie. Après la fin de la radio-chimiothérapie, les malades ont reçu 6-12 cycles de bevacizumab+temozolomide+irinotecan. Chaque cycle était de 28 jours. Bevacizumab a été donné à une dose de 10 mg/kg jours 1 et 15, temozolomide 200 mg/m2 jours 1-5 et irinotecan les jours 1 et 15 à 125 mg/m2 aux patients non EIAED et 340 mg/m2 aux patients sous EIAED. L'objectif une survie de 60% à 16 mois. 
Résultats :
125 malades ont été inscrits entre 08/2007 et 03/2009. Tous les malades ont complété la thérapie. 9 malades avaient des complications thromboemboliques (DVT ou PE). 2 malades avaient une perforation de l'intestin, une AML secondaire et d2 pneumonies. 17 niveaux 4 de toxicités hématologiques qui ont exigé des baisses de dose. Il y avait 4 morts en raison de toxicités, 1 avec un infarctus du myocarde, 1 PCP, 1 PE et 1 septicité. Après un suivi médian de 40 mos, la survie totale médiane était de 20,9 mois, la survie sans progression était de 13,8 mois et la survie totale à 2 ans de 42,4%.
Conclusions :
L'addition à temozolomide après la radio-chimiothérapie de bevacizumab+ irinotecan est tolérable et efficace.
Asco 2012
2095-Essai de phase II de bevacizumab+irinotecan+carboplatine pour gliomes malins récurrents sans échec antérieur avec bevacizumab. Duke. Etats-Unis
Author(s): Annick Desjardins, James J Vredenburgh, Katherine B. Peters, Stevie Threatt, James Emmett Herndon, John Howard Sampson, Allan H. Friedman, Henry S. Friedman, David A. Reardon; Duke University Medical Center, Durham, NC
Original :
Résumé :

Aucun traitement standard n'existe pour les gliomes malins récurrents de grade III. Bevacizumab (BV) avec irinotecan a une activité anti tumorale considérable sur le glioblastome récurrent. Carboplatine a une activité anti gliome qui peut potentialiser la cytotoxicité d'irinotecan. Nous avons évalué la survie sans progression (PFS) de BV+irinotecan+Carboplatine dans le gliome malin récurrent de grade III, aussi bien que la sécurité. 
Méthodes :
Les malades adultes avec gliome malin récurrent de grade III mesurable, plus de 12 semaines après la radiothérapie et plus de 4 semaines après chimiothérapie, avec fonction de l'organe normale, KPS au moins de 70%, aucun échec antérieur ou toxicité de niveau 3, et aucune contre indication à BV étaient éligibles pour cet essai. Les malades ont reçu BV à 10 mg/kg + irinotecan les jours 1 et 15 d'un cycle de 28 jours. La dose d'irinotecan était de 125 mg/m2 pour les malades non EIAEDs et 340 mg/m2 pour malades sur EIAEDs. Tous les malades ont reçu carboplatine au dosage calculé par AUC (aire sous la courbe) de 4 le jour 1 de chaque cycle. Les IRMs ont été obtenue toutes les 8 semaines.
Résultats :

39 malades avec gliomes malins récurrents ont été inscrits. L'âge médian était de 47 ans (gamme, 26-71 ans). Après un suivi médian de 14 mois, la PFS à 6 mois est de 69% et la PFS médiane est de 11 mois. Une médiane de 8 cycles ont été donnés. 7 malades ont complété le traitement (12 cycles) avec des PET Scan hypométaboliques et 9 malades restent sur l'étude. 15 malades ont quitté l'essai en raison de progression de la maladie et 8 à cause de la toxicité. Comme le 25/01/2012, 22 malades sont encore vivants et 17 sont morts. Des niveaux 3-4 de toxicité ont inclus : neutropénie (niveau 3, n=12; niveau 4, n = 1), thrombocytopénie (niveau 3, n=6; niveau 4, n=4), nausée (niveau 3, n=7), diarrhée (niveau 3, n=2), thrombose veineuse profonde (niveau 3, n=2), neutropénie fébrile (niveau 3, n=1; niveau 4, n=1), fatigue (niveau 3, n=8; niveau 4, n=1), infarctus cérébral (niveau 4, n=3), hémorragie intracrânienne (niveau 4, n=1), syndrome d'encéphalopathie réversible postérieur (niveau 3, n=1).
Conclusions :

Bevacizumab + irinotecan + carboplatin pour les gliomes malins récurrents de grade III est efficace sans plus de toxicités qu'attendu.
Asco 2012
2096-Pronostics de survie chez les malades >=65 ans glioblastome. Cleveland Etats-Unis.
Author(s): Mital Patel, Neda Hashemi-Sadraei, Paul Elson, Manmeet Singh Ahluwalia; Cleveland Clinic, Cleveland, OH
0riginal :
Résumé:
Le glioblastome (GBM) est la tumeur maligne primaire de cerveau la plus fréquente. Plus de la moitié des patients diagnostiqués ont plus de 65 ans. Cependant, il n'existe que des données limitées sur les facteurs pronostiques spécifiques de ces malades et il y a un manque de nomogrammes faciles à utiliser pour fournir à ces patients des informations sur leur pronostic. 
Méthodes :
La base de données du Centre de Neuro-Oncologie de la clinique Cleveland a été utilisée pour identifier les malades de plus de 65 ans au diagnostic avec GBM. Une analyse multivariables a été menée pour identifier des prophètes indépendants de survie en utilisant un modèle Cox des hasards proportionnels avec un algorithme de sélection stepwise avec p = 0,10 comme critères pour l'entrée et le maintien. Des "points" ont été attribués à chacun de traits pronostiques pauvres et les groupes pronostiques ont été formés d'après le nombre total de points. 
Résultats :

512 malades avec GBM, âge médian de 73 ans (gamme 65-96 ans, 54% hommes) ont été inscrits dans la dernière analyse. Sur analyse multivariables, 6 facteurs ont été identifiés pour avoir un impact indépendant sur la survie totale : âge au diagnostic (p <.0001), chirurgie (p <.0001), maladie multifocale (p = .0008), épilepsie au diagnostic (p = .02), hypertension (p = .05) et KPS (p <.0001). Les groupes Pronostiques ont été développés comme résumé dans le tableau. 28% des malades avaient le profil le plus favorable qui a été associé avec une survie à 1 an de 56% et une survie médiane de 13,2 mois. Par contraste, presque tous malades dans le groupe moins favorable (27%) sont morts en moins d'1 an. 
Conclusions :

Il est facile d'utiliser un nomogramme chez les malades GBM assez âgés, plus de 65 ans, pour leur fournir une information pronostique.

Asco 2012
2097-Pauvres pronostics de survie avec métastases SNC récurrentes pour les patients avec cancer du sein.Perou.
Author(s): Carlos Castaneda Altamirano, Henry Leonidas Gomez, Joseph A. Pinto, Luis Jesus Schwarz, C. E. Vigil, Carlos Vallejos; Instituto Nacional de Enfermedades Neoplásicas, Lima, Peru; Instituto Nacional de Enfermedades Neoplasicas, Lima, Peru; Oncosalud, Lima, Peru; Instituto de Enfermedades Neoplasicas, Lima, Peru
0riginal :

Résumé :

La survie après le début des métastases dans le système nerveux central est très courte. Cependant, quelques variables pourraient indiquer des sous-ensembles de pronostic pire. Notre but était de déterminer la valeur des caractéristiques clinicopathologiques et les scores pronostiques de survie après récurrence. 
Méthodes :

Nous avons évalué rétrospectivement une cohorte de 2597 malades avec cancer du sein traitée à l'Institut National des Néoplasies (Lima-Pérou) entre 2000 et 2005. Les données clinicopathologiques ont été rapportées, Les scores pronostiques RPA et GPA ont été construits et les phénotypes ont été catégorisés d'après l'expression IHC dans [HR+,HER2 -], [Tout HR, HER2+] et triple négatif. La survie a été calculée d'après la méthode Kaplan Meier et les cas ont été stratifiés pour les variables évaluées. Les tests Log-Rank ou Breslow ont été utilisés pour une analyse multivariantes appropriée effectuée selon le modèle de régresion Cox.
Résultats :
157 malades ont développé des métastases au SNC, dont 23 des métastases leptoméningiales développées. La survie après la récurrence était de 0,405 ans. Il n'y avait pas de différences d'après le phénotype, le niveau histologique, le nombre de métastases de cerveau, et le volume des métastases. Nous avons trouvé des différences statistiques avec la carcinomatose leptoméningiale( 0,249 ans si présence contre 0,436 ans si absence), l'infiltration CSF (0,115 ans si présence, contre 1,0AA ans si absence), le statut de la tumeur primaire (0.501 ans si contrôlé, 0,263 ans si non contrôlé, le statut ECOG (0,504 ans si <2, contre 0,288 ans si =2,) et le temps entre le diagnostic cancer du sein BC et métastases SNC (0,115 ans si <8 mois contre 0,425 ans si =8 mois).
Le modèle Cox identifie l'infiltration du CSF comme statistiquement important (HR=9,77). En ce qui concerne les scores pronostiques RPA et GPA, nous avons trouvé des différences quand les cas stratifiés selon RPA ont marqué des points (Classe I, 0,564 ans contre Classe II, 0,455 ans contre Classe III, 0,288 ans) et GPA marqué des points (0-1, 0,26 ans contre 1,5-3, 0,455 ans contre 3,5-5, 0,564 ans).
Conclusions :
Les scores RPA et les scores GPA sont plus exacts pour identifier des sous-ensembles à la survie pauvre dans ce groupe de malades que les autres caractéristiques de tumeurs comme le phénotype ou l'histologie.
Asco 2012
2098-Lazaroid liposomial U-74389G (lipoG) dans un modèle de souris avec glioblastome. Etats Unis-Canada
Author(s): Fady Ibrahim, Pamela Z. New, Kemi Cui, Hong Zhao, Lulu Wang, Diana Chow, Stephen Wong; University of British Columbia, Vancouver, BC, Canada; Methodist Neurological Institute, Houston, TX; The Methodist Hospital Research Institute, Houston, TX; University of Houston, Houston, TX
0riginal :
Résumé :

Le lazaroide U-74389G (LAZ) est un 21-aminostéroide qui a des effets radioprotecteurs contre la péroxidation lipide radiation-induite. Aussi in vitro des effets antiprolifératifs ont été rapportés contre des lignées cellulaires de glioblastome. Le but de cette étude était d'utiliser une formulation liposomiale pour évaluer l'activité radioprotective de LAZ et son effet antiprolifératif dans un modèle de glioblastome chez la souris. 
Méthodes :
LAZ liposomial PEGuilé (Lipo G) a été développé à l'Université de Houston, Collège de Pharmacie. Des cellules de glioblastome U87-Exprimant (100.000 cellules dans 2 µL) ont été injectées en intracrânien dans des souris mâles immuno déprimées, nues, sans poil. Il y avait 4 groupes de traitement (n=8-9, chacun), 1-cerveau modèle (M) sans traitement (contrôle), 2-radiation 2Gy hebdomadaire (M+R), 3-Lipo G à 5 mg/kg, 2 fois IP par semaine (M+L) et 4-radiation avec Lipo G (M+R+L). Le Traitement a duré 3 semaines. La dimension de la tumeur a été mesurée en utilisant une prise d'images sous bioluminescence non-envahissante (BLI), chez chaque souris. Les souris ont été sacrifiées après 3 semaines. Le cerveau a été récolté pour des examens d'immunohistochimie. La péroxidation lipide des tissus de cerveau a été mesurée avec alondialdéhyde (MDA) comme biomarqueur de remplacement. La survie a été évaluée en utilisant Kaplan Meier. 
Résultats :
L'intensité BLI relative était de 4002,03±1737,67, 2034±737,72, 1387,36±684,53 et 2498,89±2521,32% pour M, M+R, M+L et M+R+L, respectivement. La dimension de la tumeur du groupe M+L a été réduite par 65% a comparé au groupe M contrôle sans traitement. Pour la radiation, dans les groupes traités (M+R et M+R+L), il n'y avait aucune différence importante dans la dimension de la tumeur comparée au groupe M contrôle. La concentration de MDA dans le cerveau avec M+L et les groupes M+R+L était considérablement moindre que dans le groupe M+R (8,27±0,78 et 10,37±3,30 µM/gm contre 23,09± 3,79 µM/gm). La moyenne de survie était de 22,67, 25,33, 25,22 et 27,13 jours pour les groupes M, M+R, M+R+L et M+L, respectivement. La moyenne de survie des groupes traités avec LAZ (M+L et M+R+L) étaient significativement plus longue que dans le groupe contrôle. 
Conclusions :

LAZ administré à la dose de 5mg/kg a réduit l'augmentation de la tumeur de 65%. LAZ a aussi protégé le tissu du cerveau de la péroxidation lipide radiation-induit en réduisant la concentration MDA de 50%. Ces données garantissent une enquête supplémentaire de LAZ comme protecteur de la radiothérapie et comme agent de chimiothérapeutique
Asco 2012
2099-Lymphome primaire du SNC, révision des caractéristiques clinicopathologiques, thérapie, et résultats de 54 malades. Moffitt Etats-Unis.
Author(s): Nalini Hasija, Michael Jaglal, Vu Duong, Celeste M. Bello, Michael B. Tomblyn, Peter A. J. Forsyth, Eduardo M. Sotomayor, Edward Pan, Lubomir Sokol; University of South Florida, Department of Internal Medicine, Tampa, FL; H. Lee Moffitt Cancer Center & Research Institute, Tampa, FL
Original :
Résumé :

Le lymphome primaire du système nerveux central (PCNSL) est une variante agressive rare du lymphome à grandes cellules B (DLBCL) avec un pronostic pauvre. Les stratégies thérapeutiques optimales n'ont cependant pas été définies. Le methotrexate à haute dose (HD MTX) est une chimiothérapeutique efficace avec des résultats supérieurs comparés aux études historiques qui utilisent la radiothérapie de cerveau entière (WBRT). Le but est d'examiner les caractéristiques clinicopathologiques, la thérapie et les résultats de 54 malades (pts) avec CNS DLBCL. 
Méthodes
Il s'agit d'une étude rétrospective dans notre centre Lee Moffit sur les pts avec diagnostic confirmé de CNS DLBCL primaire entre 1999 et 2009. Les données ont été extraites des registres du Moffitt Cancer Centre (MCC). Les caractéristiques démographiques au diagnostic, cliniques, pathologiques et les données des traitements ont été rassemblées puis analysées. Les patients ont été stratifiés selon leurs régimes du traitement y compris HD MTX (8g/m2) seul ou en combinaison avec WBRT ou en combinaison avec CT. Les analyses statistiques descriptives ont été utilisées. L'analyse Chi square et les t-tests ont été exécutés pour comparer les catégories et les variables. La méthode Kaplan-Meier a été utilisée pour estimer la survie totale OS et le test log-rank a été utilisé pour comparer les groupes. Les données ont été analysées avec la version 20.0 du logiciel SPSS
Résultats :
54 malades qui ont suivi une chimiothérapie CT et/ou WBRT pour PCNSL entre 1999 et 2009 ont été identifiés. L'âge au diagnostic médian de 63,31 ans (19-85 ans) avec 31 patients (57%) de plus de 60 ans. Le ratio homme/femme était de 1,25 (30 hommes, 24 femmes. L'ECOG médian était de 1. Seulement 2 pts étaient immuno-déficients avec HIV. Une majorité de pts a présenté des déficits moteurs. L'emplacement le plus commun des lymphomes était les hémisphères cérébraux. La survie médiane de la cohorte entière était de 42 mois. 15/54 pts (23%) ont survécu plus de 60 mois. Dans la cohorte de pts qui a survécu plus de 60 mois, une majorité 11/15 (73%) a reçu HD MTX. Les patients traités avec WBRT initial ont révélé une survie totale inférieure (OS) comparés aux pts traités avec plusieurs chimiothérapies CT (OS de 37 mois contre 50 mois).  

Conclusions :
HD MTX était le régime de chimiothérapie CT fréquemment utilisé dans la cohorte de pts qui a survécu plus de 60 mois. L'administration de la radiothérapie WBRT comme une modalité initiale a été associée avec des résultats pires dans cette analyse rétrospective.
Asco 2012
20100-Oligodendrogliomes anaplasiques, Cleveland Clinique expérience. Cleveland Etats-Unis

Author(s): Neda Hashemi-Sadraei, Lizbeth Robles Irizarry, Mital Patel, Tanya M. Tekautz, Erin Sennett Murphy, Violette Recinos, Samuel T. Chao, John H. Suh, David M. Peereboom, Glen Stevens, Robert J. Weil, Michael A. Vogelbaum, Gene H. Barnett, Manmeet Singh Ahluwalia; Cleveland Clinic, Cleveland, OH
Original :

Résumé :

Les tumeurs oligodendrogliales anaplasiques incluent les oligodendrogliomes anaplasiques (AO), et les oligoastrocytomes anaplasiques (AOA), des catégories histologiques de gliomes anaplasiques de grade III. Il y a peu d'études sur les facteurs pronostiques spécifiques pour les malades avec ces tumeurs. 
Méthodes :
Après consentement IRB-approuvé, la base de données du Centre de Neuro-Oncologie de la Clinique Cleveland a été utilisée pour identifier des malades avec oligodendrogliome anaplasique AO et oligoastrocytome anaplasique AOA au temps du diagnostic. L'analyse multivariables a été menée avec modèle Cox modèle des hasards proportionnel et un algorithme de sélection stepwise qui utilise p <0,05 comme critère d'entrée et de maintien dans le modèle pour identifier des prophètes indépendants à partir des registres de survie. 
Résultats :

139 malades, 52% d'hommes, diagnostiqués entre 1992 et 2009 ont été inclus dans l'analyse. L'âge médian au diagnostic était de 47 ans (gamme, 18-83 ans). 22% de malades avaient seulement la biopsie, 35% avaient la résection totale, 43% avaient la résection partielle. Après la chirurgie, 30% des malades ont été traités avec chimiothérapie (CT) seule, 14% ont été traités avec radiothérapie (RT) et 47% ont reçu CT et RT. La survie sans progression PFS et la survie totale (OS) était respectivement de 29,0 et 58,7 mois. Sur analyse multivariantes, 4 facteurs ont été identifiés comme prophètes indépendants d'OS, l'âge au diagnostic (âge de plus de 50 ans contre âge inférieur à 50 ans), Hypothyroidisme, maladie multifocale et co-suppression 1p 19q. Le Choix de la thérapie initiale n'a pas réduit la survie dans cette cohorte de patients.
Conclusions :

Un âge supérieur, l'hypothyroidisme et la maladie multifocale ont été associées avec une plus grande mortalité. La co-délétion 1p, 19q a, par contre, été associée avec une mortalité inférieure.

Asco 2012
2101-
Essai de phase I de Toca 511, un retrovirus vecteur de la déaminase cytosine, chez les malades avec gliome de haut grade récurrent. Etats-Unis
Author(s): Daniel Pertschuk, Timothy Francis Cloughesy, Susan Marina Chang, Manish K. Aghi, Michael A. Vogelbaum, Linda M. Liau, Bob B. Shafa, William H. Yong, Clark Chen, Santosh Kesari, Carlos E. Ibanez, Omar D. Perez, Joan M. Robbins, Douglas J. Jolly, Harry E. Gruber; Tocagen Inc., Solana Beach, CA; David Geffen School of Medicine at University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; University of California, San Francisco, San Francisco, CA; Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH; Department of Neurosurgery, David Geffen School of Medicine at UCLA, Los Angeles, CA; Department of Neurology, University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Department of Pathology and Laboratory Medicine, David Geffen School of Medicine at UCLA, Los Angeles, CA; University of California, San Diego, San Diego, CA; University of California, San Diego, Boston, MA; Tocagen Inc., San Diego, CA
0riginal :
Résumé :

Les malades avec la forme plus fréquente et agressive de cancer du cerveau, le multiforme de glioblastome (GBM), ont un pronostic pauvre et les traitements habituels sont seulement palliatifs. La thérapie génique en utilisant des vecteurs viraux qui ne se dupliquent pas a été testée précédemment sur le GBM avec une efficacité limitée en raison probablement d'une livraison du gène insuffisante dans la tumeur.
Méthodes :
Nous avons utilisé un rétrovirus nouveau Toca 511 construit pour délivrer un gène activateur de la déaminase cytosine modifiée (CD) sélectivement aux cellules de cancer. Dans les cellules de cancer qui expriment le gène CD, 5-FC fongicide est converti en 5 Fluoro-Uracile, 5-FU. Nous évaluons actuellement la sécurité et la tolérance d'une dose unique de Toca 511 injectée directement dans la tumeur aux malades avec gliome de haut grade récurrent (rHGG). Après une période de temps pendant lequel le vecteur est autorisé à s'étendre à travers la tumeur, le malade commence la prise orale de 5-FC.
Résultats :

3 malades ont été inscrits dans chacun des premiers 2 groupes de dose. Aucune dose limite de toxicités (DLTs) n'a été identifiée dans ces groupes et le traitement a été bien toléré. Il n'y a eu aucun niveau 3 ou 4 d'évènements contraires AEs apparenté à Toca 511 ou 5-FC. 9 sujets supplémentaires ont été inscrits pour un 3e niveau de dose. Une 2ème étude a aussi été commencée dans laquelle Toca 511 est injecté dans les parois de la cavité de résection au temps de chirurgie la pour rHGG et suivi également par le traitement oral de 5-FC. 
Conclusions :

Ces études cliniques orales sont les premières à enquêter sur un rétrovirus RRV pour délivrer des gènes aux tumeurs du cerveau humaines et une escalade de dose supplémentaire est prévue.
Asco 2012
2102-
Corrélation lymphocytes CD4 et infections dans le glioblastome en traitement. Canada.
Author(s): Marie Josee Begin, Karl Belanger, Marie Florescu; University of Montreal, Montreal, QC, Canada; Hopital Notre-Dame, Montreal, QC, Canada; Notre-Dame Hospital CHUM, Montreal, QC, Canada
Original :
Résumé :

Les lymphocytopénies avec moins de 200 lymphocytes sont fréquentes avec le traitement de temozolomide pour le glioblastome. Cette immunosuppression est associée avec beaucoup d'infections qui nécessitent des antibiotiques pour prévenir les pneumocystoses. 
Méthodes :
Nous avons analysé l'association entre une culture documentée d'infections et le niveau des lymphocytes CD4 chez 140 malades traités avec temozolomide en 1ère ligne de glioblastome dans notre hôpital Notre-Dame de 2006 à 2009. Les données démographiques et les données de traitement ont été rassemblées et ont été analysé pour la survie avec la méthode Kaplan-Meier et les tests log-rank. 
Résultats :

31 malades infectés qui ont développé 49 infections en culture, 21 d'origine urinaire, 8 pulmonaires (1 Pneumocystose et 2 Aspergilloses), 5 cerveau, 5 bactérémies et 2 autres. La cohorte infectée (n=31) avait une démographie semblable, mais aussi un résultat semblable comparé au groupe contrôle non infecté des malades avec glioblastome traité dans la cohorte des malades (n=109) avec une survie à 2 ans de 40,8% contre 50,2%. Le niveau médian de lymphocytes CD4 était de 260, mais avec les infections le nombre de lymphocytes CD4 était inférieur à 200 lymphocytes. Pendant leur infection, 20 malades avaient un niveau de CD4 inférieur à 200, comparé avec 11 malades avec lymphocytopénie avec plus de 200 lymphocytes CD4.
Conclusions :

Un nombre de lymphocytes CD4 de moins de 200 est associé avec une augmentation dans le nombre d'infections culture-prouvées et documentées chez les malades traités avec temozolomide, mais la survie n'est pas impactée par l'infection.


Accueil