GFME 21/05/2012
Les 10 dossiers suivants
Revenir à la page principale
ASCO 2012 dossiers 61-70/102 tumeurs du CNS

Asco 2012
2061-Gliomes anaplasiques à la 1ère récidive, analyse du résultat. Italie.
Author(s): Enrico Franceschi, Marco Bartolotti, Patrizia Dall'Occa, Rosalba Poggi, Stefania Bartolini, Monica Di Battista, Gianluca Marucci, Mario Ermani, Alba Ariela Brandes; Medical Oncology Department, Bellaria-Maggiore Hospital, Azienda USL of Bologna, Bologna, Italy; Section of Pathology, Department of Haematology and Oncology, University of Bologna, Bellaria Hospital, Bologna, Italy; Neurosciences Department, Statistic and Informatic Unit, Azienda Ospedale-Università, Padova, Italy
L'article original :
Résumé :
Bien que les gliomes anaplasiques montrent une réponse plus favorable à la thérapie postchirurgicale que le glioblastome, quand ils récidivent, les thérapies de sauvetage offrent seulement un avantage temporaire. De plus, en raison de la rareté de ces entités, aucune étude n'existe pour évaluer les résultats cliniques des gliomes anaplasiques à la 1ère récidive. 
Méthodes :

Une analyse rétrospective a été faite en utilisant la base de données de 249 malades avec gliome anaplasique suivis entre 01/2000 et 12/2011. Les critères d'éligibilité : âge d'au moins 18 ans, PS 0-2; diagnostic histologique à la 1ère chirurgie d'astrocytome anaplasique (AA), oligodendrogliome anaplasique (AO), et oligoastrocytome anaplasique (AOA), en 1ère récidive sur traitement postchirurgical
Résultats :
163 malades récurrents (AA:52%, AOA:23%, AO: 25%, âge moyen de 45 ans, gamme, 21–74 ans ont été inscrits. 1p suppression et méthylation MGMT ont été trouvés chez 23% et 56% des malades évaluables, respectivement. À la récidive ou progression, 2ème chirurgie chez 51 pts (31%). Une chimiothérapie a été délivrée à 128/163 pts: temozolomide chez 96 pts (75%), régime PCV chez 11 pts (9%), et autres traitements cytotoxiques chez 21 pts (16%). La survie sans progression médiane PFS était de 7,1 mois (5,8–8,5 mois), PFS-6 mois de 57,8% (49,8%–65,8%), survie médiane de 18,3 mois (13,9–22,8) et survie totale à 1 an de 63% (55,4%-70,6%). Le statut de 1p n'a pas été associé considérablement avec PFS et OS mesurés entre la 1ère et 2ème récidive ou progression ou mort. Dans le modèle de Cox à risque proportionnel, PFS au retour a correspondu de façon importante avec OS mesuré au premier retour de la maladie.  
Conclusions :
C'est une très grande série de patients évaluant le résultat des gliomes anaplasiques au premier retour. Dans ce cadre, la survie sans progression PFS devrait être considérée comme un pont final significatif qui a correspondu de façon importante avec la survie totale OS.
Asco 2012
2062-Association entre le ratio neutrophiles/lymphocyte au début du traitement et survie totale chez les malades avec glioblastome. Irlande
Author(s): Richard Martin Bambury, MinYuen Teo, Anny Yusuf, Susan Murray, Jodie E Battley, Catherine Drake, Pauline O'Dea, Niamh Bermingham, Catherine Keohane, Seamus O'Reilly, Derek Gerard Power, Eugene J. Moylan; Department of Medical Oncology, Cork University Hospital, Cork, Ireland; Department of Medical Oncology, AMNCH, Dublin, Ireland; Department of Neuropathology, Cork University Hospital, Cork, Ireland
L'article original :
Résumé :
Le glioblastome GBM est la tumeur de cerveau primaire la plus fréquente et la plus agressive. Le ratio neutrophiles/lymphocytes (NLR) donne une mesure de la réponse inflammatoire et de la lymphopénie qui sont deux facteurs pronostiques pauvres chez beaucoup de malignités. Aucune étude n'a réparti l'impact pronostique de NLR dans le glioblastome GBM. 
Méthodes :
Les patients traités pour glioblastome GBM à notre centre régional avec des bilans sanguins complets à la ligne de base, avant les corticoïdes ou la chirurgie ont été analysés. Les notes médicales ont été examinées pour extraire les données démographiques et les données des traitements. Les courbes de la survie ont été estimées par la méthode Kaplan-Meier et ont été comparées par la méthode log-rank. L'analyse multivariante a été exécutée selon le modèle de régression Cox des risques proportionnels. 
Résultats :
86 malades ont été analysés, 65 hommes (76%). L'âge médian au diagnostic était de 58 ans (gamme: 18–76 ans). Au temps de l''analyse tous les malades encore vivants avait un suivi d'au moins 2 ans. La survie totale médiane (OS) était de 9,3 mois (gamme : 1-82 mois). 57% ont complété l'adjuvant temozolomide standard du protocole Stupp et 43% ont interrompu tôt en raison de la progression de la maladie ou la toxicité du traitement. OS médian était de 11,2 mois chez les malades avec NLR <4 et 7,5 mois chez les malades avec NLR>4 (HR 0,59). Les autres facteurs pronostiques importants basés sur analyse multivariantes étaient conformes avec les données publiées (Table). Après avoir corrigé pour le connu pronostique, le compte NLR est resté un prophète considérable de survie (Table).  
Conclusions :
De récentes avancées en immunothérapie ont mis en valeur l'importance du système immunitaire dans le traitement et le pronostic des malades avec cancer. Beaucoup de malades avec GBM sont sous corticoïdes pour un temps important du cours de la maladie qui peut abroger les effets d'immunité sur les résultats. Néanmoins, nous avons montré que NLR au diagnostic est un prophète indépendant de la survie chez les malades avec GBM. L'enquête des thérapies qui impliquent la réponse immunitaire est justifiée dans cette maladie.

Asco 2012
2063-Sévérité de la maladie et bien-être subjectif chez les malades avec glioblastome. Canada
Author(s): Linda E. Coate, Kim Edelstein, Christine Massey, Natalie C. Jewitt, Warren P. Mason, Gerald M. Devins; Princess Margaret Hospital, Toronto, ON, Canada; University of Toronto, Toronto, ON, Canada; Princess Margaret Hospital, University of Toronto, Toronto, ON, Canada; Ontario Cancer Institute, Toronto, ON, Canada
L'article original :
Résumé :

Le glioblastome multiforme (GBM) est la tumeur maligne de cerveau la plus fréquente chez les adultes. La qualité-de-vie (QOL), l'impact des séquelles neurologiques et le pronostic pauvre est compris pauvrement. Dans cette étude nous avons examiné des relations entre la sévérité de la maladie et l'humeur chez les malades avec GBM. 
Méthodes :
73 patients GBM (n=73) ont complété des questionnaires validés pour examiner la dépression (CESD), l'affectation positive (ABS), l'intrusion de la maladie (II), et la qualité de vie QOL santé-apparenté (EORTC-QLQ30, BN-20). L'âge Médian était de 53 ans (gamme 26-75 ans), le temps médian depuis le diagnostic était de 1,1 an (gamme 0,1-12,4). 88% étaient sur temozolomide. Les scores du questionnaire ont été comparés aux données normatives de t-tests de cancers de GI, GU, Sein, Tête et Cou, Lymphome, et cancer du poumon. Les analyses des régressions multiples hiérarchisées ont testé l'impact d'indicateurs de la sévérité de la maladie (ECOG; Symptômes, dérivés de QLQ30, BN20) et des modérateurs potentiels sur l'humeur. 
Résultats :
Le glioblastome GBM est rapporté pour avoir moins d'affectations positives, plus de dépression et une plus grande intrusion de la maladie que les autres malades du cancer. L'augmentation dans symptômes a correspondus avec une plus grande intrusion de la maladie II (ß = .59; 95% CI [.31, .87], p <.0001) et dépression (ß = .37; 95% CI [.20, .55], p <.0001) et moins d'affectations positives (ß = - .04; 95% CI [- .08, - .01], p = .02). Étonnamment, un plus haut ECOG (c.-à-d., statut de la performance plus pauvre) a été associé avec moins d'intrusion de la maladie II (Illness intrusion) (ß=-3.58; 95%CI [-7.06, - .10], p = .04) et de dépression (ß=-2.20; 95%CI [-4.21, - .19], p = .03). L'intrusion de la maladie II a servi de médiateur partiellement aux relations entre sévérité de la maladie et humeur, manifesté par le changement dans le coefficient de sévérité de la maladie quand l'intrusion de la maladie II a été ajouté aux modèles (changement moyen mesuré par échantillonnage : CESD = .23, 95% CI [.06, .43]; ABS = .21, 95%CI [.02, .44]). D'autres événements de la vie stressants ont été associés avec l'intrusion de la maladie II (ß=2.73; 95% CI [.43, 5.02], p = .02), mais il n'y avait aucune évidence d'un effet modérateur de cela ou tout autre rapport (p> .05).
Conclusions :

Les malades avec glioblastome sont plus affligés que les autres malades avec cancer. Les interruptions du bien-être induites par le glioblastome modèrent partiellement l'association entre sévérité de la maladie et le bien-être subjectif. Des efforts pour la participation des malades à des activités estimées ou à des centres d'intérêt, en dépit des contraintes, peuvent aider à conserver la qualité de vie QOL
Asco 2012
2064-Impact de la durée du traitement bevacizumab (Bev) dans le pronostic des adultes avec gliomes malins récurrents. MD Aderson Etats-Unis
Author(s): Mohamed Ali Hamza, Charles A. Conrad, John Frederick De Groot, Mark R. Gilbert, Morris D. Groves, W. K. Alfred Yung, Vinay K. Puduvalli; University of Texas M. D. Anderson Cancer Center, Houston, TX
L'article original :
Résumé :

Bev est le traitement standard pour les malades avec glioblastome récurrent (GB) mais il est aussi utilisé pour traiter les gliomes anaplasiques récurrents (AG). Les différences de résultats entre ces groupes et la durée optimale du traitement avec Bev chez les pts avec gliomes malins récurrents ne sont pas bien définies. Nous avons examiné le rapport entre la durée du traitement Bev et le résultat chez les pts avec GB et AG. 
Méthodes :
C'est une étude rétrospective à partir des données extraites de notre base de données des patients soignés à MD Anderson. Nous avons identifié des pts avec AG périodique et GB qui ont été traités avec des régimes Bev seuls ou des régimes contenant Bev entre 2005 et 2009. Les données ont été analysées pour déterminer la survie totale (OS) et la survie sans progression (PFS).  
Résultats :
261 malades avec gliomes malins récurrents (196 avec GB et 65 avec AG) ont été identifiés. Il n'y avait de différence importante entre la longueur médiane du traitement avec Bev entre AG et GB (5,81±0,66 mois contre 6,77±0,52 mois). La survie sans progression à 6 mois, PFS6 était de 34,2% (27,8-41,3%) pour malades avec GB et 44,2% (32,5-56,7%) pour malades avec AG. Les malades avec GB qui ont été traités au moins 6 mois avaient une meilleure survie totale OS (29,13 mois contre 20,16 mois) comparé à ceux traités pendant moins de 6 mois, et une survie sans progression, PFS, beaucoup plus importante comparée à ceux traités moins de 6 mois (11,33 mois contre 3,7 mois). Pour les malades avec AG, bien que les traitements d'au moins 6 mois avaient une PFS plus importante (13,93 mois contre 3,53 mois), la survie totale OS n'était pas considérablement différente (mois 38,6 contre 52,5 mois), comparée avec ceux traités moins de 6 mois. 
Conclusions :
La longueur du traitement au moins égale à 6 mois avec Bev ou régime contenant Bev a été associé avec PFS améliorée chez les patients avec AG et GB mais seul le sous-groupe GB a montré une survie OS améliorée. Ces résultats suggèrent un avantage de survie équivoque chez les malades avec AG avec une plus longue durée de traitement de bevacizumab qui exige un examen complémentaire dans de prochains essais.
Asco 2012
2065-Augmentation de la fréquence des glioblastomes et méningiomes aux États-Unis, projections pour 2050. Mayo Etats-Unis *
Author(s): Derek Richard Johnson; Mayo Clinic, Rochester, MN
L'article original :
Résumé :

En l'absence de facteurs de risques environnementaux ou comportementaux, l'âge du patient et le sexe restent les prophètes les plus importants de risque de tumeur de cerveau primaire. Dans les années futures, une fréquence croissante des tumeurs de cerveau aux États-Unis peut être anticipée en se basant sur les changements dans la structure démographique de la population. Cette étude fournit des estimations sur la fréquence des glioblastomes et des méningiomes pour 2050.
Méthodes :
L'incidence des sous-groupes glioblastome et méningiomes basés sur l'âge (11 catégories) et le sexe ont été estimées à partir des données de surveillance de l'Institut National du Cancer (NCI), l'épidémiologie, et les résultats (SEER) des données pour la période 2004-2008. Les projections de recensement aux États-Unis basées sur les données du recensement 2000 ont été utilisées pour calculer la dimension de 22 sous-populations démographiques d'intérêt en 2010, 2020, 2030, 2040, et 2050. Le nombre estimé de nouveau cas de glioblastomes et méningiome diagnostiques pour chacune de ces décennies ont été estimées avec une fréquence sur une population. 
Résultats :

Les fréquences annuelles aujourd'hui sont de 3,13 par 100.000 personnes pour le glioblastome et de 6,81 par 100.000 personnes pour le méningiome. Alors que la population est supposée augmenter de seulement 42% entre 2010 et 2050, le nombre d'américains de plus de 65 ans, le groupe avec le plus grand risque de glioblastome et méningiome, sont supposées augmenter de 120%. Nous estimons donc que le nombre de nouveaux diagnostics du glioblastomes augmentera de 10.688 en 2010 à 18.466 en 2050, une augmentation de 72%. Le nombre de nouveaux diagnostics de méningiomes augmentera de 22.946 à 40.680 sur la même période, un accroissement de 77%.
Conclusions :

Le nombre de nouveaux diagnostics de glioblastomes et méningiomes augmentera substantiellement dans le futur. Cette analyse est faite avec un taux de fréquence fixe qui peut sous-estimer un changement de cette fréquence avec le temps. Rien ne dit que les fréquences des glioblastomes et méningiomes ne vont pas augmenter ou diminuer avec le temps.
Asco 2012
2066-Essai préclinique de combinaison de nimotuzumab et sirolimus dans le glioblastome. Singapour *
Author(s): Chee Kian Tham, Paula Lam, Siewju See, Siang Hui Lai, John Thomas, Wai Hoe Ng; National Cancer Centre, Singapore, Singapore; National Cancer Centre Singapore, Singapore, Singapore; National Neuroscience Institute, Singapore, Singapore; Singapore General Hospital, Singapore, Singapore
L'article original :
Résumé:
Le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) est une cible thérapeutique idéale pour inhiber la croissance du glioblastome (GBM) car le chemin de signalisation est hautement dérégulé dans le GBM. Cependant, les essais cliniques n'ont jamais montré d'amélioration clinique significative avec des inhibiteurs EGFR dans le taux de réponse et la survie. Un des mécanismes postulés de la résistance est l'activation en aval du chemin PI3K/AKT/mTOR, indépendant de l'activation en amont de EGFR. D'où l'idée d'un blocage double des chemins avec un anti EGFR et un inhibiteur de mTOR, postulés pour avoir des effets synergétiques anti tumoraux. Nous avons l'intention d'enquêter sur l'activité anti tumorale de nimotuzumab combiné avec un anticorps monoclonal anti EGFR + sirolimus (inhibiteur du mTOR) dans un modèle préclinique de glioblastome GBM. 
Méthodes :
Les cellules GBM humaines utilisées ont été extraites des spécimens de GBM retirés chirurgicalement. Les expressions endogènes des protéines acides fibrillaires gliales GFAP, et EGFR ont été déterminées par IHC et analyse Western Blot . Les essais de viabilité cellulaire ont été effectués sur des cellules GBM et sur des astrocytes normaux humains immortalisés (iHNA) en utilisant une gamme de concentrations de nimotuzumab seul, sirolimus seul, ou un traitement combiné. 
Résultats :

Les cellules de GBM traitées avec nimotuzumab ont montré une mort cellulaire dose-dépendante avec une concentration optimale à 2 µg/ml. Le traitement des cellules GBM avec sirolimus a montré que le médicament était capable d'induire la mort cellulaire à des niveaux variables et que le niveau optimal était de 0,1 mM. Le traitement combiné avec nimotuzumab (2µg/ml) et rapamycine (0.1 mM) a montré des morts cellulaires dose-dépendante dans les cellules GBM qui n'ont pas été observées dans les cellules iNHA. Le traitement combiné a résulté en seulement 10% de gliomes résiduels après un traitement de 24 heures. Le traitement seul avec rapamycine n'a aucun effet cytotoxique alors que traitement avec nimotuzumab seul exerce un effet cytotoxique de 33%. Nous avons observé un effet additif de morts cellulaires quand le rapamycine est utilisé avec nimotuzumab dans les cellules de gliome humain. 
Conclusions : 
Dans cette étude, le traitement combiné de nimotuzumab + sirolimus a entrainé un plus grand effet cytotoxique dans les cellules GBM qu'avec l'un et l'autre de ces médicaments. Nous examinerons en outre ce régime de combinaison nimotuzumab + sirolimus dans un essai clinique de phase I subséquent.

Asco 2012
2067-Echec de bevacizumab dans les glioblastomes. Suisse
Author(s): Ghazaleh Tabatabai, Joerg Felsberg, Michael Sabel, Silvia Hofer, Manfred Westphal, Michael Weller, Guido Reifenberger; Department of Neurology, University Hospital Zurich, Zurich, Switzerland; Institute of Neuropathology, University of Duesseldorf, Duesseldorf, Germany; Department of Neurosurgery, University Hospital Düsseldorf, Düsseldorf, Germany; Department of Medical Oncology, Zurich, Switzerland; Department of Neurosurgery, UKE Hamburg, Hamburg, Germany; University Hospital Zurich, Zurich, Switzerland
L'article original :
Résumé :

Bevacizumab a été approuvé pour le traitement du glioblastome récurrent dans plusieurs pays. Un essai de phase III pour répartir l'addition de bevacizumab à la radiochimiothérapie standard dans le glioblastome récemment diagnostiqué vient de finir les inscriptions. Le traitement de sauvetage des malades avec glioblastome après échec du bevacizumab, n'est pas un succès. Dans l'étude présente, nous avons visé à caractériser des caractéristiques histologiques et moléculaires associées avec les récidives des gliomes après bevacizumab. 
Méthodes :

Les tissus conjoints des tumeurs primaires et récurrentes ont été obtenus auprès de 12 malades avec glioblastome (n=11) ou astrocytome anaplasique (n=1) avant et après traitement du bevacizumab, et celui de 14 malades non traités bevacizumab utilisé comme groupe de référence, ont été analysés pour les traits histologiques aussi bien que les marqueurs moléculaires. Les registres cliniques et les IRMs étaient revues. 
Résultats :
Histologiquement les tumeurs récurrentes après bevacizumab ont montré une densité réduite des vaisseaux sanguins et une prolifération microvasculaire glomérulaire réduite si on les compare aux tumeurs récurrentes après radiochimiothérapie conventionnelle. Par contraste, la cellularité de la tumeur et le taux de prolifération étaient identiques. La rechute distante était plus fréquente chez les malades traités avec bevacizumab. Les études génétiques moléculaires des spécimens du tissu respectifs sont actuellement en cours. 

Conclusions :
Les analyses histologiques et moléculaires des tissus tumoraux des malades avec gliome avant et après traitement de bevacizumab, combiné avec les corrélations cliniques et radiologique peuvent fournir des indications sur les mécanismes d'échappement à la thérapie qui peuvent être validés dans des modèles précliniques.
Asco 2012
2068-Néant
Asco 2012
2069-Réponse complète d'électrochimiothérapie avec bleomycine intra veineuse dans un essai préclinique de tumeur de cerveau. Danemark *
Author(s): Birgit Agerholm-Larsen, Helle K. Iversen, Jakob M. Moller, Per Ibsen, Kurt S. Jensen, Mette Linnert, Julie Gehl; Department of Oncology, C*EDGE at Glostrup Research Institue, Glostrup, Denmark; Department of Neurology, C*EDGE at Glostrup Research Institute, Copenhagen University Hospital Glostrup, Glostrup, Denmark; Department of Radiology, Copenhagen University Hospital Herlev, Herlev, Denmark; Department of Pathology, Copenhagen University Hospitals Herlev and Hvidovre, Hvidovre, Denmark; Department of Oncology, C*EDGE at Glostrup Research Institute, Glostrup, Denmark; Center for Experimental Drug and Gene Electrotransfer (C*EDGE), Department of Oncology, Copenhagen University Hospital Herlev, Herlev, Denmark
L'article original :
Résumé :

L'électrochimiothérapie (ECT) décrit l'accroissement chimiothérapeutique après que les membranes cellulaires aient été rendues transitoirement perméables par l'application d'un champ électrique à la tumeur. ECT est utilisé régulièrement pour traiter les métastases de la peau, avec des taux élevés de la réponse après un seul traitement. Nous avons développé une électrode pour un usage dans le cerveau, sur un modèle de rongeur. Le but de cette étude était d'évaluer ECT en utilisant une injection intraveineuse de bléomycine dans une tumeur du cerveau d'un modèle de rat. 
Méthodes
Des rats mâles Sprague (7-11 semaines) ont été inoculés avec des cellules gliales de rat dérivées de cellules de tumeur (N32) à travers un petit trou dans le crâne. Quand les tumeurs ont été visibles sur IRMs, les animaux ont reçu ECT (injection de bléomycine + pulsations électriques locales), bléomycine par iv seul, bléomycine iv + placement d'électrodes sans pulsation, ou aucun traitement. Bléomycine a été injecté en iv dans la veine de la queue (600µL, 3 IU/µL) et le déploiement de l'électrode a été fait à travers le trou dans le tissu de cerveau. Les paramètres d'électrochimiothérapie étaient de 32 pulsations, 100V, 100µs, 1Hz. La dimension de la tumeur a été déterminée sur la base de la région prenant le contraste avec des scanners MR. Les événements Kaplan-Meyer ont été définis comme la fin du traitement en raison de la progression avant la fin des 3 expériences indépendantes prévues. L'immuno-histo-pathologie a été exécutée après l'arrêt pour vérifier les résultats sur IRM. 
Résultats :
88% des animaux (14/16) traités avec électrochimiothérapie avaient une réponse complète (absence totale de tumeur visible), validée par IRM et immuno histo pathologie, alors que bléomycine seul, bléomycine + électrodes, et aucun traitement a montré une progression chez 11/13 animaux contrôlés. Une intrigue Kaplan-Meier a montré une survie améliorée importante pour le groupe traité avec ECT comparée aux autres groupes après 3 semaines de traitement. Le Traitement était bien toléré. 

Conclusions :
Ces données suggèrent que l'électrochimiothérapie avec injection iv de bléomycine est un nouveau traitement prometteur pour les tumeurs du cerveau. Dans une étude clinique qui utilise bléomycine iv et l'électrochimiothérapie pour les métastases de cerveau (www.clinicaltrials.gov, ID:NCT01322100) le premier malade vient d'être traité avec succès avec ECT, et montre la faisabilité de l'approche dans le cadre clinique.
 
Asco 2012
2070-Suivi rétrospectif de 112 malades avec métastases leptoméningiales de cancer du sein entre 2007 et 2011, facteurs pronostiques. Lille France

Author(s): Fahed Zairi, Nuria Kotecki, Isabelle Rodrigues, Marie-Christine Baranzelli, Charles Andre, François Dubois, Patrick Devos, Matthieu Faivre-Pierret, Richard Assaker, Jacques Bonneterre, Emilie Le Rhun; CHRU, Lille, France; Centre Oscar Lambret, Lille, France; Université Lille Nord de France, Lille, France; Centre Oscar Lambret - Université Lille Nord de France, Lille, France
L'article original :

Résumé :

Autour de 5% de malades avec cancers du sein (BC) développera des métastases leptoméningiales (LM). La fréquence peut s'accroître. 
Méthodes :
Nous rapportons la description et les résultats de 112 malades diagnostiqués avec cancer du sein BC et métastases LM dans nos centres CHU et CLCC de 2007 à 2011. Les corrélations entre les caractéristiques et la survie totale (OS) ont été analysées avec les méthodes statistiques habituelles (Kaplan Meier, Log-Rank, modèle Cox).  
Résultats :

Les cancers du sein BC étaient des carcinomes envahissant pour 69,7%. L'oestrogène et les récepteurs de progestérone ont été détectés dans respectivement 61,6 et 44,6% des cas. L'expression HER2 a été observée dans 26% des cas. 23% étaient triplement négatives. Le temps médian entre diagnostic BC et diagnostic LM était de 44 mois. Au diagnostic LM, l'âge médian était de 54 ans et le statut de la performance médian (PS) était de 2. la cytologie CSF et IRM cérébrospinal étaient positifs dans respectivement 72,5% et 87% des cas. 103 malades (92%) LM ont reçu cytarabine liposomial en 1ère ligne de traitement (choix ventriculaire chez 47%). La thérapie IT pouvait être associée au traitement systémique dans 58% des cas et à la radiothérapie cérébrale pour LM dans 14% des cas. Une réponse clinique après le 1er traitement a été observée chez 57%, une réponse dans le CSF chez 30,5%, une réponse sur IRM chez 62,5%. 24 malades ont reçu une 2e ligne de thiotepa IT, 6 une 3e ligne de methotrexate IT. Les facteurs pronostiques les plus importants étaient PS initial, associé au traitement systémique et BC triplement négatif. Les autres prophètes considérables d'OS étaient thiotepa en 2ème ligne, hypertension intracrânienne au diagnostic LM, radiothérapie cérébrale associée, statut du récepteur de progestérone. OS Médian des 103 malades traités était de 3,8 mois (4,75 mois pour PS 0-2 PS et 1,6 mois pour PS 3-4).  
Conclusions :

La survie médiane OS était conforme aux autres cohortes récentes analysées avec BC + LM. Nos résultats confirment donc le rôle important d'un diagnostic précoce, avant la déchéance du statut général. L'association traitement systémique + radiothérapie cérébrale est indiquée quand c'est possible.

Les dossiers suivants

Retour à la page générale