11/06/2014
GFME
Page principale
10 dossiers suivants
ASCO 2014 dossiers 2000-2010 des tumeurs de cerveau

Asco 2014
1-2000 Janvier C. Buckner*** Essai de phase III de radiothérapie (RT) avec ou sans procarbazine, CCNU, et vincristine (PCV) dans le gliome de bas grade RTOG 9802 avec Alliance, ECOG, et SWOG. Lire Etats-Unis
Auteurs : Author(s): Jan C. Buckner, Stephanie L. Pugh, Edward G. Shaw, Mark R. Gilbert, Geoffrey Barger, Stephen Coons, Peter Ricci, Dennis Bullard, Paul D. Brown, Keith Stelzer, David Brachman, John H. Suh, Christopher J. Schultz, Jean-Paul Bahary, Barbara Jean Fisher, Harold Kim, Albert D Murtha, Walter J. Curran, Minesh P. Mehta; Mayo Clinic, Rochester, MN; Statistical Center, Radiation Therapy Oncology Group, Philadelphia, PA; Wake Forest University, School of Medicine, Winston-Salem, NC; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Wayne State University, School of Medicine, Detroit, MI; Barrow Neurological Institute, Phoenix, AZ; Radiology Imaging Associates, Englewood, CO; Triangle Neurosurgery, Raleigh, NC; Mid-Columbia Medical Center, The Dalles, OR; Arizona Oncology Services Foundation, Phoenix, AZ; Cleveland Clinic, Cleveland, OH; Medical College of Wisconsin, Milwaukee, WI; Department of Radiation Oncology, Centre Hospitalier de l'Université de Montréal, Montreal University, Montreal, QC, Canada; London Regional Cancer Program, London, ON, Canada; Karmanos Cancer Institute, Wayne State University, Detroit, MI; Cross Cancer Institute, Edmonton, AB, Canada; Radiation Therapy Oncology Group; Department of Radiation Oncology, Winship Cancer Institute of Emory University, Atlanta, GA; University of Maryland, Baltimore, MD

L'article original

Résumé : Les premiers résultats de R9802 (Shaw et al: J Clin Oncol. 2012; 30(25):3065-70) ont démontré que le PCV donné avec RT au temps de diagnostic initial prolonge la survie sans progression (PFS), mais pas la survie totale (OS), comparé à RT seule. Ici, nous rapportons, à long terme, des résultats.
Méthodes :
Les critères d'éligibilité ont inclus âge <40 ans avec résection sous totale, ou biopsie, âge >40 avec résection quelconque, et grade II supratentoriel d'astrocytome (A, d'oligo-astrocytome (OA), ou d'oligodendrogliome (O). Les Malades qui ont été stratifiés par âge, histologie, statut de Karnofsky, et présence contre absence de contraste sur les images préopératives ont été randomisés
RT seule (54 Gy dans 30 fractions) ou RT suivi par 6 cycles de chimiothérapie PCV. L'épreuve Wilcoxon a été utilisée pour comparer des distributions de survie et Cox, les modèles de hasard proportionnels ont été utilisés pour identifier des variables pronostiques.
Résultats :
251 malades éligibles ont été accumulés de 1998 à 2002. La médiane de suivi était de 11,9 ans. 55% de malades sont morts. Les malades dans le bras RT + PCV avait considérablement un plus long temps de survie médiane (MST) comparé au bras RT seul (13,3 ans contre 7,8 ans et une plus longue PFS médiane (10,4ans contre 4,0 ans. Les survies à 5 et 10 ans pour RT + PCV contre RT seul était de 73% contre 64%, et 62% contre 41%, respectivement. Le modèle Cox a identifié le traitement RT + PCV comme une variable pronostique favorable pour OS et PFS. A ou A ou OA dominant (contre O ou OA O-Dominant) était d'un pronostique pire pour OS. OS homme mais pas PFS était pire que celui des femmes. Les Analyses de suppressions 1p/19q et mutations IDH n'ont pas cependant été complétées.
Conclusions :
Pour les malades avec gliomes de grade II avec une résection non totale, ou plus de 40 ans, PCV + RT prolonge l'OS et la PFS comparé avec RT seule. Les malades avec A ou A dominant dans OA ont des résultats pires comme les hommes. Les modèles multifactoriels qui incorporent les co-délétions 1p/19q et la mutation IDH peuvent élucider encore plus complètement la magnitude d'avantage de ce traitement pour les malades dont les tumeurs sont identifiées par type histologique spécifique. Information de l'essai clinique: NCT00003375.

Asco 2014
2001 Heidi Phillips Corrélation de sous-classes moléculaires avec survie dans AVAglio (bevacizumab [Bv] et radiothérapie [RT] et temozolomide [T] pour glioblastome récemment diagnostiqué. Lire Etats-Unis-Europe
Auteurs : Heidi Phillips, Thomas Sandmann, Congfen Li, Timothy Francis Cloughesy, Olivier L. Chinot, Wolfgang Wick, Ryo Nishikawa, Warren P. Mason, Roger Henriksson, Frank Saran, Albert Lai, Nicola Moore, Priti S. Hegde, Lauren E. Abrey, Richard Bourgon, Josep Garcia, Carlos Bais; Genentech Inc., South San Francisco, CA; University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Aix-Marseille University, AP-HM, Service de Neuro-Oncologie, CHU Timone, Marseille, France; Neurooncology, University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; Saitama Medical University, Saitama, Japan; Princess Margaret Cancer Centre, Toronto, ON, Canada; Regional Cancer Centre Stockholm Gotland, Stockholm, Sweden; The Royal Marsden NHS Foundation Trust, Surrey, United Kingdom; UCLA Neuro-Oncology Program, Los Angeles, CA; F. Hoffmann-La Roche, Basel, Switzerland; Genentech, Inc., South San Francisco, CA

Résumé :
Les facteurs qui correspondent à un meilleur avantage clinique de la thérapie anti VEGF est pauvrement comprise. 2 essais de phase III pour glioblastome nouvellement diagnostiqué (
AVAglio et RTOG-0825) ont rapporté que Bv+RT/T prolonge la PFS mais pas l'OS comparé à placebo + RT/T. Des sous groupes de patients peuvent obtenir un avantage de l'OS en 1ère ligne. L'efficacité de Bv dans les sous-classes moléculaires a été évaluée comme un objectif d'exploration dans AVAglio.
Méthodes :
Une plate forme de
800 gènes capable d'agir ont été analysés à partir d'échantillons formol-arrangés, paraffine-inclus. Dans AVAglio, 921 patients randomisés ont reçu RT/T+Bv ou P +RT/T pendant 6 semaines et après une pause de 28 jours, un entretien T+Bv ou P (x6); Bv ou P jusqu'à toxicité PD/inacceptable. Les échantillons de 342 pts AVAglio (Bv/P) ont été évalués et classés en sous-classes moléculaires (hypothèse pré-définie) et l'assignement aux sous-classes a correspondu avec OS. Une analyse résultats-commandée d'exploration pour découvrir des sous-classes prophétiques nouvelles associé plus directement avec l'avantage de l'OS avec Bv ont été initiées.
Résultats :
Les pts avec des tumeurs proneurales et isocitrate déhydrogénase 1
(IDH1) de type sauvage avaient le plus mauvais pronostic parmi toutes les sous-classes. De façon importante, cette analyse a découvert un rapport entre une sous-classe moléculaire et l'ampleur de l'avantage de l'OS chez les pts Bv-Traités. Les analyses ont identifié des groupes de gènes nouveaux associés avec une OS prolongée avec Bv v P.
Conclusions :
Des prophètes moléculaires ont bien été identifiés dans AVAglio, suggérant qu'un sous-groupe de patients récemment diagnostiqués peut obtenir un avantage d'OS avec Bv. Ces données peuvent servir à stratifier les patients et ouvrir de nouvelles perspicacités pour Bv. Une validation supplémentaire pour d'autres données est garanti. Information de l'essai clinique: NCT00943826.

Asco 2014
2002
Tim Lautenschlaeger. Une signature de 6 gènes pour prédire le résultats des gliomes de grade II/III. A lire Allemagne
Auteurs : Tim Lautenschlaeger, Alexander Huebner, Oliver Oehlke, Tareq A. Juratli, Bin Li, Wei Meng, Ahmed Ibrahim, Daniel Erny, Dietmar Krex, Gabriele Schackert, Marco Prinz, Anca Grosu, Arnab Chakravarti; Department of Radiation Medicine, The Ohio State University, Columbus, OH; Radiation Oncology Department, The Ohio State University, Columbus, OH; Radiation Oncology Department, University of Freiburg, Freiburg, Germany; Carl Gustav Carus University Hospital Dresden - Department of Neurosurgery, Dresden, Germany; The Ohio State University, Columbus, OH; Institute of Neuropathology, University of Freiburg, Freiburg, Germany; Department of Neuropathology, University of Freiburg, Freiburg, Germany; Department of Radiation Oncology, University of Freiburg, Freiburg, Germany; Arthur G. James Cancer Center, The Ohio State University, Columbus, OH

Résumé :
Les gliomes de grade II/III sont très hétérogènes dans leurs résultats, en laissant quelque incertitude quant au meilleur traitement pour le malade individuel.
Méthodes :
Nous avons utilisé les données de
756 malades avec gliome pour développer une signature de 6 gènes pronostiques pour les gliomes de grade II et III. 3 groupes de risque ont été définis (bas, moyen, et haut risque). Ce classement selon 6 gènes a été validé pour l'ensembles des données de gliomes indépendants multiples de plus de 500 malades en utilisant un dosage à base de PCR.
Résultats :
Le classement,
bas, moyen et haut risque a été validé pour 214 gliomes de grade II/III et pour 287 patients avec glioblastome de grade IV. L'analyse ROC pour la survie totale à 3 ans démontre que le classement peut mieux prédire la survie à 3 ans que l'histologie ou la mutation IDH1 chez les malades avec gliomes de grade II/III. ROC pour la survie totale à 3 ans avec le classement des 6 gènes était aussi un meilleur prophète de survie à 3 ans pour le glioblastome.
Conclusions :
Le classement selon 6 gènes peut prédire sérieusement le résultat à 3 ans pour les malades plus âgés que 40 ans et le résultat à 7 ans pour les malades plus jeune que 40 ans avec gliomes de grade II ou III indépendamment de l'histologie, ou du statut de mutation IDH1.

Asco 2014
2003 Wolfgang Wick.
Thérapie de radiation et concourant plus temsirolimus de l'adjuvant (CCI-779) contre chimio-radiothérapie avec temozolomide dans glioblastome récemment diagnostiqué sans méthylation du promoteur MGMT. Lire
Auteurs : Wolfgang Wick, Thierry Gorlia, Martin J. Van Den Bent, Charles J Vecht, Jonathan Steuve, Alba Ariela Brandes, Michael Platten, Markus A Kosch, Monika E. Hegi, Benoit Lhermitte, Vassilis Golfinopoulos, Mario Campone, Jean-Sebastien Frenel, Martin J.B. Taphoorn, Gianfranco A. Pesce, Patrick Roth; Neurooncology, University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; European Organisation for Research and Treatment of Cancer Headquarters, Brussels, Belgium; Erasmus University Medical Center, Rotterdam, Netherlands; Medical Center The Hague, The Hague, Netherlands; EORTC Headquarters, Brussels, Belgium; Bellaria Hospital, Bologna, Italy; Pfizer, Berlin, Germany; University of Lausanne Hospitals, Lausanne, Switzerland; 8IUP Institut universitaire de pathologie de Lausanne, Lausanne, Switzerland; Institut de Cancérologie de l'Ouest, Nantes, France; Institut de Cancerologie de l'Ouest/Site Rene Gauducheau, Saint-Herblain, France; Medical Center Haaglanden, The Hague, Netherlands; Oncology Institute of Southern Switzerland, Bellinzona, Switzerland; University Hospital, Zurich, Switzerland

Résumé :
Les données précliniques indiquent une activité des inhibiteurs de rapamycine et une activité en synergie avec la radiothérapie dans le glioblastome. Le but de cet essai est de répartir l'activité thérapeutique
de temsirolimus (CCI-779), un inhibiteur du mTOR intraveineux, chez les malades avec glioblastome récemment diagnostiqué et le promoteur de MGMT non méthylé.
Méthodes :
257 malades avec glioblastome récemment diagnostiqués après biopsie ou résection chirurgicale éligibles ont subi une analyse MGMT par méthylation quantitative PCR spécifique. Les 111/257 malades avec glioblastome et MGMT non méthylé ont été randomisés entre 54 patients avec radiothérapie (60 Gy; 5 jours par semaine de 2 Gy) plus Temodal concomitant suivi de 6 cycles de temozolomide d'entretien ou 57 patients avec radiothérapie plus temsirolimus hebdomadaire à dose de 25 mg jusqu'à progression ou toxicité indue. Le point final était la survie totale à 12 mois (OS12).
Résultats :
Entre décembre 2009 et octobre 2012, 111 pts dans 14 centres ont été randomisés et ont été traités. L'âge médian était 55 ans et 58 ans dans le bras temsirolimus et le bras standard respectivement. La plupart des malades (95,5%) avait un statut de la performance de 0 ou 1. Les deux thérapies ont été administrées correctement avec
une médiane de 13 cycles de temsirolimus. 38 malades traité avec temsirolimus a atteint OS12. OS12 était de 72,2% dans le bras standard du temozolomide et de 69,6% dans le bras temsirolimus.
Conclusions :

L'activité thérapeutique du temsirolimus chez les malades avec glioblastome récemment diagnostiqué avec MGMT non méthylé est trop bas. Information du procès clinique: NCT01019434.

Asco 2014
2004 Eudocia Quant Lee. Un essai randomisé placebo-contrôlé d'armodafinil pour la fatigue des malades avec gliomes qui ont subit la radiothérapie. Original
Auteurs : Eudocia Quant Lee, Alona Muzikansky, Santosh Kesari, Eric T. Wong, Camilo E. Fadul, David A. Reardon, Andrew David Norden, Lakshmi Nayak, Mikael L. Rinne, Brian Michael Alexander, Nils D. Arvold, Lisa M. Doherty, Debra C. LaFrankie, Julee Pulverenti, Katrina H. Smith, Sarah C. Gaffey, Samantha Hammond, Jan Drappatz, Patrick Y. Wen; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; Massachusetts General Hospital Cancer Center, Boston, MA; University of California, San Diego, La Jolla, CA; Brain Tumor Center & Neuro-Oncology Unit, Beth Israel Deaconess Medical Center, Boston, MA; Dartmouth-Hitchcock Medical Center, Lebanon, NH; Dana-Farber Cancer Center Institute, Boston, MA; Dana-Farber Cancer institute, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Institute/Brigham and Women's Hospital, Boston, MA; Harvard Radiation Oncology Program, Boston, MA; University of Pittsburgh, Pittsburgh, PA

Résumé :
La fatigue est un symptôme commun chez les malades avec gliome qui affecte la qualité de vie.
Armodafinil est un médicament qui encourage la vigilance et qui bénéficie aux malades avec des fatigues à causes multiples. Cette étude évalue les effets d'armodafinil sur la fatigue chez les malades avec gliome qui subissent la radiothérapie (RT).
Méthodes :
Les critères d'éligibilité, âge >18 ans; Karnofsky Performance Statut (KPS)>= 60; gliome de grade II à IV qui subissent
RT à une dose totale de 50-60 Gy avec ou sans chimiothérapie. Les malades en ont été randomisés entre armodafinil (bras A) ou placebo (bras P). Les estimations de la Fatigue ont été faites au départ, jour 22, jour 43, et jour 56 avec l'échelle FACIT-F Fatigue, Inventaire de la Fatigue du Dossier (BFI), et l'Échelle de Fatigue du Cancer (CFS). Le but fondamental était de détecter une différence dans le changement de fatigue sur 42 jours en utilisant FACIT-F et les modèles statistique Wilcoxon. Les résultats secondaires incluent un changement pendant les 42 jours de CFS et BFI.
Résultats :
Les données sont disponibles pour
77 des 80 malades (40 dans A et 37 dans P). Dans le bras armodafinil, l'âge médian était de 56 ans (25-79), KPS médian de 90 (70-100), 57,5% avaient glioblastome (GBM), 35% avaient gliome anaplasique (AG), 7,5% avaient une autre histologie de gliome. Dans le bras placebo, l'âge médian était de 54 ans (19-78), KPS médian de 90 (70-100), 51,4% avaient GBM, 32,4% avaient AG, et 16,2% avaient une autre histologie de gliome. Le changement à 42 jours médian dans les scores fatique FACIT-F f dans le bras armodafinil était de 2 (gamme -40 à 26) et dans le bras placebo il était de -6,665 (gamme -65 à 28) avec Wilcoxon. Il y avait une amélioration statistiquement considérable de la fatigue dans le bras armodafinil contre le bras placebo basé sur la médiane des changement pendant 42 jours dans le BFI (Wilcoxon). La Toxicité était rare et semblable entre les 2 bras. Il n'y avait pas de toxicités cardiaques attribuées au traitement. Une insomnie expérimentée dans le bras armodafinil.
Conclusions
Le traitement avec armodafinil est bien toléré chez les malades avec gliome qui subissent RT. Il y a une tendance vers la réduction de la fatigue dans le groupe armodafinil. Les résultats mis à jour seront présentés. Étude Parrainée par Cephalon, Inc., une filiale intégralement contrôlée de Médicaments Teva, et la Société de la Tumeur du Cerveau Nationale. Information de l'essai clinique: NCT00766467.

Asco 2014
2005 Patrick Y. Wen . Un essai randomisé, double aveugle, placebo-contrôlée de vaccin dendritique avec ICT-107 dans le glioblastome récemment diagnostiqué (GBM) malades. Original
Auteurs : Patrick Y. Wen, David A. Reardon, Surasak Phuphanich, Robert Aiken, Joseph C. Landolfi, William T. Curry, Jay-Jiguang Zhu, Michael J. Glantz, David M. Peereboom, James Markert, Renato V. LaRocca, Donald O'Rourke, Karen L. Fink, Lyndon J. Kim, Michael L. Gruber, Glenn Jay Lesser, Edward Pan, Santosh Kesari, Elma S. Hawkins, John Yu; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Center Institute, Boston, MA; Neuro-Oncology Program, Cedars-Sinai Medical Center, Los Angeles, CA; Rush University, Chicago, IL; New Jersey Neuroscience Institute at JFK Medical Center, Edison, NJ; Massachusetts General Hospital Cancer Center, Harvard Medical School, Boston, MA; The University of Texas Health Science Center at Houston, Houston, TX; Penn State Milton S. Hershey Medical Center, Hershey, PA; Cleveland Clinic, Cleveland, OH; The University of Alabama at Birmingham Comprehensive Cancer Center, Birmingham, AL; Kentuckiana Cancer Inst PLLC, Louisville, KY; University of Pennsylvania, Philadelphia, PA; Baylor Research Institute, Dallas, TX; Thomas Jefferson University, Philadelphia, PA; New York University Langone Medical Center, New York, NY; Wake Forest University, School of Medicine, Winston-Salem, NC; H. Lee Moffitt Cancer Center & Research Institute, Tampa, FL; University of California, San Diego, La Jolla, CA; Immunocellular Therapeutics, Calabasas, CA

Résumé :
The trial investigated whether adding tumor-antigen-loaded DC vaccine to surgery and chemoradiation would improve overall survival (OS) or progression free survival (PFS)
Méthodes :
HLA-A1+ and/or -A2+ resected patients with residual tumor <1 cm3 received 6 weeks of concurrent temozolomide (TMZ) and radiation. 124 patients were randomized 2:1 to receive ICT-107 (autologous PBMC-derived DC pulsed with 6 synthetic peptide CTL epitopes targeting the GBM tumor and tumor stem cell-associated antigens MAGE-1, HER-2, AIM-2, TRP-2, gp100, and IL-13Rα2) or its matching control (unpulsed DC). Patients then received induction ICT-107 or control QWx4 followed by maintenance TMZ, 5 days/mo for 12 mos. Booster vaccinations occurred at 1, 3, and 6 mos after induction, and every 6 mos thereafter. The trial concluded and data were evaluated at 67 events. 
Résultats :
 ICT-107 was generally safe and well tolerated, with no imbalance in AEs between the treated and control groups. PFS improved by 2 mos in the ICT-107 ITT group (p=0.02 two-sided, hazard ratio (HR)=0.56). In the per-protocol (PP) group (117 patients receiving all 4 induction vaccinations), p=0.01 two-sided, HR=0.53, and the difference in median PFS increased to 3 mos. The median OS favored ICT-107 by 2 mos in the ITT and 3 mos in the PP groups. However, the number of events was small and OS did not reach statistical significance (p=0.58 two-sided, HR=0.87, and p=0.40 two-sided, HR=0.79, respectively). Median follow-up from randomization was 13.6 mos. In the ICT-107 group, vaccine activation markers IL12 and HLA-DR were predictive of OS (p-values < 0.05). There were no correlations in the placebo group
Conclusions :
C'est le premier essai randomisé d'immunothérapie placebo-contrôl dans le glioblastome GBM qui montre
un résultat clinique positif sur la PFS. Bien que l'amélioration de l'OS ne fût pas statistiquement considérable au 67/124 point de l'événement, les malades continuent à être suivi pour OS, en autorisant mise à jour périodique de l'extrémité fondamentale et l'estimation de survie à long terme. L'analyse de la qualité de vie QOL, et la corrélation entre l'expression de l'antigène de la tumeur et le vaccin pour a réponse immunologique avec l'OS est en cours.

Asco 2014
2006 Michael Platten . Résultats définitifs d'APG101_CD_002: APG101 plus réirradiation contre réirradiation dans le traitement des malades avec glioblastome progressif. Original

Auteurs : Michael Platten, Harald Fricke, Klaus Junge, Grigory Kobyakov, Tobias Martens, Oliver Heese, Benedikt Wiestler, Maximilian G Schliesser, Andreas von Deimling, Josef Pichler, Elena Vetlova, Inga Harting, Juergen Debus, Christian Hartmann, Claudia Kunz, Martin Bendszus, Stephanie E. Combs, Wolfgang Wick; Neurooncology, University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; Apogenix GmbH, Heidelberg, Germany; Premier Research, Darmstadt, Germany; N. N. Burdenko Neurosurgical Institute, Moscow, Russia; University of Hamburg, Hamburg, Germany; Univeritätsklinkum Hamburg-Eppendorf, Hamburg, Germany; CCU Neurooncology, DKFZ, Heidelberg, Germany; Institute of Pathology, Dept Neuropathology, University of Heidelberg, INF 224, and CCU Neuropathology German Cancer Research Center (DKFZ), Heidelberg, Germany; Landesnervenklinik Linz, Linz, Austria; NSI, Moscow, Russia; Department of Neuroradiology, University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; University Hospital Heidelberg, Heidelberg, Germany; Department of Neuropathology, Institute of Pathology, Medizinische Hochschule, Hannover, Germany; Department of Neuroradiology, University Hospital Heidelberg, Heidelberg, Allemagne
Résumé :
Preclinical data indicate antiinvasive activity of APG101, a CD95-ligand (CD95L)-binding fusion protein, and synergistic activity with radiotherapy in glioblastoma. In healthy volunteers, single doses of up to 20 mg/kg APG101 are safe.
Méthodes :
 Patients (N=91) with progressive glioblastoma after standard radiochemotherapy (± 1 second-line chemotherapy), provided a tumour diameter of 1-4 cm and time since the end of radiotherapy ≥ 8 months, were randomised 1:2 stratified for tumour diameters ≤ or > 2.5 cm between radiotherapy (36 Gy; 5 times 2 Gy per week; rRT) or rRT+APG101 (400 mg weekly i.v.) to be continued until progression. CD95L was evaluated in tumour tissue. This open-label, non-comparative phase II trial (NCT01071837) sought to demonstrate a doubling in the 6-months progression-free survival (PFS-6) rate with rRT+APG101 assuming a 15% PFS-6 rate with rRT alone. The control arm with rRT alone was added to calibrate for the PFS-6 assumption
Résultats :
Patient characteristics in the intention-to-treat population [N=84 (26 patients rRT, 58 patients rRT + APG101)] were balanced. The PFS-6 rates were 3.8% (95%-CI: 0.1 - 19.6) rRT and 20.7% (95%-CI: 11.2 - 33.4) for rRT+APG101 (p=0.04). Median PFS was 2.5 (95%-CI: 2.3-3.8) months and 4.5 (95%-CI: 3.7-5.4) months with a hazard ratio (HR) of 0.49 (95% CI: 0.27-0.88, p=0.0162). Cox regression analysis adjusted for tumour size revealed a HR for rRT+APG101 for death of any cause of 0.60 (95% CI: 0.36-1.01)] (p=0.0559). Patients with lower methylation levels at CpG2 in the CD95Lpromoter in the tumour tissue had a stronger risk reduction (HR=0.13 95% CI: 0.03-0.52) when treated with APG101.
Conclusions :
Linhibition de CD95 en combinaison avec rRT est un concept innovateur avec une efficacité clinique. La méthylation du promoteur de CD95L dans la tumeur peut être développé comme un marqueur. Information, essai clinique NCT01071837.
Asco 2014
2007 Raymond Yi-kun Huang. Validation des critères de Rano: Contribution d'estimation T2/FLAIR chez les malades avec glioblastome récurrent traité avec bevacizumab. Original
Auteurs : Raymond Yi-kun Huang, Rifaquat Rahman, Whitney B. Pope, Benjamin M. Ellingson, S. Keith Anderson, Sara J Felten, Karla V. Ballman, Wenting Wu, Lakshmi Nayak, Eudocia Quant Lee, Lauren E. Abrey, Evanthia Galanis, David A. Reardon, Timothy Francis Cloughesy, Patrick Y. Wen; Dana-Farber Cancer Institute/Brigham and Women's Cancer Center, Boston, MA; Harvard Medical School, Boston, MA; Department of Radiological Sciences, University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Department of Radiological Sciences, Biomedical Physics, and Bioengineering; University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Mayo Clinic, Rochester, MN; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; F. Hoffmann-La Roche, Basel, Switzerland; Dana-Farber Cancer Center Institute, Boston, MA; David Geffen School of Medicine at University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA
Résumé :
Depuis que son introduction, les critères RANO ont été adoptés largement dans les essais cliniques pour évaluer la réponse aux traitements dans les gliomes de haut grade. Pour date, les critères n'ont pas été validés pour être utilisés dans les prochains essais. Nous avons examiné les données radiologiques de malades avec glioblastome récurrent traités avec bevacizumab de l'essai randomisé de phase II BRAIN essai (AVF3708g) pour déterminer l'effet de l'évaluation par T2/FLAIR selon les critères RANO pour les taux de réponse objectifs (ORR) et la survie sans progression (PFS).
Méthodes :
Les données d'IRM de 163 malades avec glioblastome récurrent de l'essai CERVEAU ont été évaluées par 6 lecteurs. L'ORR et la PFS médians ont été déterminés en utilisant les critères RANO et ont été comparés à ceux obtenus sans évaluer le caractère anormal T2/FLAIR (critères Macdonald). les analyses ont été exécutées à 2, 4 et 6 mois, et Cox les modèles du hasard proportionnels ont été utilisés pour déterminer les associations entre la progression et la survie.
Résultats :
OR est de 0,433 et 0,451 par RANO et critères Macdonald, respectivement. PFS médian de 4,21 mois avec les critères RANO, comparé à 5,52 mois par les critères Macdonald. À 2 -, 4 -, et les repères de 6 mois, les deux OR et PFS déterminés par les critères RANO était prophétiques de la survie totale (OS) (ratios du hasard pour repère de 4 mois).
Conclusions :
L'estimation T2/FLAIR dans les critères RANO entraine une petite différence dans la PFS médiane mais aucune différence considérable dans l'ORR. Les associations d'OR et PFS qui utilisent potentiellement les critères RANO à 6 mois et aux premierstemps de la thérapie peuvent avoir des rôles possibles comme substituts pour OS.

Asco 2014
2008 Benjamin M. Ellingson.
Les cartes de soustraction numériques T1-contraste-rehaussées combinées avec les IRM de diffusion pour identifier les malades avec glioblastome récurrent qui bénéficient de la thérapie de bevacizumab.Traduction Original
Auteurs : Benjamin M. Ellingson, Hyun J. Kim, Davis C. Woodworth, Timothy Francis Cloughesy; Department of Radiological Sciences, Biomedical Physics, and Bioengineering; University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Center for Computer Vision and Imaging Biomarkers, University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Departments of Radiological Sciences and Biomedical Physics; University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; David Geffen School of Medicine at University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA
Résumé :
Bevacizumab est un anti angiogénique approuvé pour le glioblastome récurrent (GBM). Cependant, l'usage du bevacizumab est controversé. Dans l'étude courante nous démontrons que des malades avec GBM récurrent et un phénotype de prise d'images particulier identifié par IRM de diffusion montre une réponse précoce sur la soustraction numérique T1-contast-rehaussée avec carte de soustraction (delta T1) avec un avantage de survie considérable quand soigné avec bevacizumab.
Méthodes :
105 malades avec GBM récurrent ont participé à l'essai multicentrique (essai CERVEAU, AVF3708g) avec un coefficient de diffusion apparent (ADC) et des données d'IRM de diffusion disponibles. Les cartes delta T1 ont été calculées en soustrayant le post contraste de pré-contraste des images T1, en laissant seulement les régions d'amélioration visible. Les malades ont été stratifiés dans 3 groupes basés sur leur phénotype de prise d'images. Groupe 1 Bev-malades avec un haut pré-traitement ADC qui montre plus de 25% de réduction dans l'amélioration après thérapie, le groupe 2, anti-Bev, pré-traitement bas ADC qui ne montre pas d'amélioration du contraste après la thérapie et le groupe 3 de réponse Mélangée-malades avec seulement un facteur pronostique seul, mais sans IRM de diffusion ou delta T1.
Résultats :
Les malades avec conjointement un bon phénotype de l'IRM de diffusion et une réponse précoce de la thérapie de bevacizumab ont démontré une PFS et une OS considérablement plus longue comparés à ceux des autres groupes. Les Malades avec un phénotype défavorable d'IRM de diffusion ou qui n'avaient pas de réponse précoce avaient une progression et une mort beaucoup plus tôt.
Conclusions
Une combinaison d'IRM de diffusion et l'estimation de la réponse avec les delta cartes T1 peuvent être utilisées comme un indicateur précoce chez les GBM qui bénéficieront de thérapie de bevacizumab la récidive. Une telle technique en combinaison peut être utile pour stratifier les patients dans les essais cliniques qui impliquent des thérapies de combinaison avec bevacizumab. Information de l'essai clinique: NCT00345163.


Asco 2014
2009-Martha W. Hollander. Future analyse du pet Scan FLT pour discriminer vraie et pseudoprogression dans le glioblastome
Auteurs : Martha W. den Hollander, Roelien H. Enting, Jan Cees de Groot, Millad A. Solouki, Wilfred F.A. den Dunnen, Wim J. Sluiter, Martinus A.A.M. Heesters, Michiel Wagemakers, Jourik A. Gietema, Elisabeth De Vries, Jan Pruim, Anna Maria Elisabeth Walenkamp; Department of Medical Oncology, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; Department of Neurology, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; Department of Radiology, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; Department of Pathology, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; Department of Endocrinology, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; Department of Radiotherapy, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; Department of Neurosurgery, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; University of Groningen, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands
Résumé :
L'évaluation de la réponse chez les malades avec glioblastome (GBM) malades après la radiothérapie concomitante et temozolomide (TMZ) est gêné par une prise de contraste progressive qui rehausse des lésions sur IRM qui ne reflète pas progression braie de la tumeur. 18F-fluorothymidine (FLT) est un Pet Scan avec traceur qui prend en compte la prolifération des cellules. Le but de cette étude était de répartir éventuellement la valeur de FLT-PET SCAN pour discriminer vraie progression et pseudoprogression chez les malades avec GBM primaire traité avec radiothérapie et TMZ (NTR3680).
Méthodes :
Les Pet scan FLT ont été exécutés avant le début et
4 semaines après radiochimiothérapie. Les IRM ont été exécutés après 3 cycles d'adjuvant TMZ. Les critères de Macdonald ont été utilisés pour l'évaluation de la réponse sur IRM. La pseudoprogression a été définie comme maladie progressive sur IRM après radiochimiothérapie, avec stabilisation ou amélioration de la prise de contraste des lésions après 3 cycles d'adjuvant TMZ. Les changements dans SUVmax ont été calculés pour PET SCAN et comparés entre malades avec vraie progression et pseudoprogression. En cas de lésions multiples, la moyenne des lésions SUVmaxof a été calculée. Ki67 et les données de survie totale ont été analysées.
Résultats :
30 malades, 28 malades avec GBM et deux avec gliosarcome ont été inclus. Des 19 malades répartis pour pseudoprogression, 6 ont montré une pseudoprogression et 6 ont montré la progression vraie. Il n'y avait aucune différence dans les changements SUVmax sur les PET SCAN FLT entre malades avec progression vraie et pseudoprogression. Le PET SCAN FLT à la ligne de base a correspondu avec la survie totale mais pas avec Ki67.
Conclusions :
Les PET SCAN FLT ne discriminent pas entre progression vraie et pseudoprogression chez les malades avec GBM, mais à la ligne de base l'analyse du PET SCAN FLT correspond avec la survie totale. Information du procès clinique: NTR3680.

Asco 2014
2010
Edward A. Neuwelt. Diagnostic de pseudoprogression qui utilise les IRM de perfusion avec ferumoxytol chez les malades avec glioblastome pour prédire le meilleur résultat.
Auteurs : Edward A. Neuwelt, Rochelle Fu, Seymur Gahramanov, Sakir H Gultekin, Cynthia Lacy, Morad Nasseri, Joao Prola Netto, Rose Marie Tyson, Tricia White, Randy L Woltjer, Leslie L. Muldoon; Oregon Health & Science University, Portland, OR; Swedish Neuroscience Institute, Seattle, WA; Wayne State University, Detroit, MI

Résumé :
Cette étude IRB rétrospective a déterminé la survie de malades GBM avec ou sans pseudoprogression.
Méthodes :
Les malades avec GBM récemment diagnostiqués histologiquement prouvé à l'Université de l'Orégon de
janvier 2006 à juin 2012 après CRT standard et temozolomide adjuvant (TMZ) ont été inclus jusqu'à progression de la tumeur. Le diagnostic de pseudoprogression a été fait par IRM de perfusion avec ferumoxytol (un nanoparticule d'oxyde du fer et l'estimation de la réponse a été faite delon les critères RANO. La survie a été déterminée en utilisant Kaplan-Meier et Cox.
Résultats :
68 malades a été inclus. La survie médiane totale était 19,9 mois. La survie Médiane à 24 mois (35,3%). Les malades avec pseudoprogression étaient survivants à 34.7 mois, considérablement plus longtemps que les 13,4 mois (11,1-19,5 mois) chez 44 (64,7%) malades sans pseudoprogression. La plus longue survie a été vue chez les malades avec combinaison de pseudoprogression et méthylation du promoteur MGMT 54,1 mois.
Conclusions :
Les pseudoprogressions sont associées avec une meilleure survie, surtout si elle coïncide avec une méthylation du promoteur MGMT. Les malades qui ont éprouvé la progression de la tumeur vraie avaient la survie pauvre. Cette étude accentue l'importance de différenctier progression de la tumeur et pseudoprogression en utilisant le ferumoxytol dans les IRM de perfusion.

Les 10 dossiers suivants

Retour à la page générale