GFME 29/05/2014
Les 10 dossiers suivants
Revenir à la page principale
ASCO 2014 dossiers 31-40/100 des tumeurs de cerveau

Asco 2014
2031-
Katrina H. Smith.
Essai de phase I de plerixafor et bevacizumab dans le gliome de haut grade récurrent. Lire
Auteurs : Katrina H. Smith, Eudocia Quant Lee, Alona Muzikansky, Elizabeth Robins Gerstner, Dan G. Duda, David A. Reardon, Lakshmi Nayak, Andrew David Norden, Lisa M. Doherty, Jennifer Rifenburg, Debra C. LaFrankie, Sandra Ruland, Julee Pulverenti, Deirdre Stokes, Priscilla Lam, Christine Sceppa McCluskey, Sarah C. Gaffey, Tracy Batchelor, Rakesh K. Jain, Patrick Y. Wen; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; Massachusetts General Hospital Cancer Center, Boston, MA; Massachusetts General Hospital, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Center Institute, Boston, MA; Massachusetts General Hospital Cancer Center, Harvard Medical School, Boston, MA Etats-Unis
Résumé :
 Although anti-angiogenic therapy for high-grade glioma (HGG) is promising, responses are not durable. The SDF-1/CXCR4 axis may help mediate resistance to VEGFR inhibition. SDF-1 is a known mediator of cancer cell invasion, vasculogenesis and vessel co-option. Plerixafor is a reversible CXCR4 inhibitor that has demonstrated growth inhibition in orthotopic glioblastoma xenografts.
Méthodes :
We conducted an open-label Phase I study to determine the safety and tolerability of plerixafor in combination with bevacizumab 10 mg/kg every two weeks in patients with recurrent HGG. In Part 1 of the study, plerixafor was dosed on Days 1-21 of each 28 day cycle. A 3 x 3 dose escalation design to a maximum planned dose level of plerixafor 320 µg/kg on Days 1-21 and bevacizumab 10 mg/kg on Days 1 and 15 of each 28 day cycle was used. Dose limiting toxicities (DLTs) were determined during the initial 4 weeks of therapy and included drug-related Grade ≥ 3 non-hematologic toxicities and Grade ≥ 4 hematologic toxicities. 
Résultats :
17 patients have been enrolled into Part 1 of the study to date: median age was 54 (23-67), median Karnofsky Performance Status was 90 (70-100), 9 were women (52.9%) , 9 had grade 4 glioma (52.9%), 8 had grade 3 glioma (47.1%), median number of prior therapies 1 (1-3). One DLT (grade 3 rectal fistula) was seen at a dose level of plerixafor 240 µg/kg + bevacizumab and the cohort was expanded to from 4 to 8 patients. Because no further DLTs were seen at the 240 µg/kg dose level, the maximum planned dose level of plerixafor 320 µg/kg + bevacizumb opened and 6 patients have been treated to date. Since no DLTs have been seen, the cohort has now been expanded to 12 patients. There are no other treatment-related grade 3 and no grade 4 toxicities. One grade 1 stroke (attributed to bevacizumab, unrelated to plerixafor) was found incidentally on imaging and the patient was removed from active treatment. 
Conclusions :
La combinaison bevacizumab et plerixafor est bien tolérée chez les malades avec gliomes de haut grade HGG. Aucun DLT n'a été vu chez les 6 premiers malades traités à la dose en projet maximal (plerixafor 320 µg/kg les jours 1-21 et bevacizumab 10 mg/kg les jours 1 et 15 de chaque cycle de 28 jours) et la cohorte a été étendue à 12 malades. . Information: Essai clinique  NCT01339039.

Asco 2014
2032-
Farine Patrizia.
Facteurs prophétiques d'efficacité du bevacizumab en récudive des malades avec glioblastome. Lire
Auteurs : Patrizia Farina, Marianne Labussiere, Giuseppe Lombardi, Anna Luisa Di Stefano, Jaime Gallego, Caroline Cheneau, Vittorina Zagonel, Marc Sanson; Medical Oncology 1, Venetian Institute of Oncology-IRCCS, Padua, Italy; Centre de Recherche de l'Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, UMR U975, Paris, France; Université Pierre et Marie Curie-Paris 6, Centre de Recherche de l'Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (CRICM), Neurologie 2, Paris, France; Hopital Pitie-Salpetriere, Paris, France; Medical Oncology 1, Istituto Oncologico Veneto IOV - IRCCS, Padova, Italie
Résumé :
Bevacizumab est utilisé largement chez les malades avec glioblastome récurrent. En dépit d'un taux de la réponse encourageant, quelques malades ne répondent pas à ce programme et beaucoup développent une rechute précoce. Les biomarqueurs prophétiques de la réponse ou la résistance sont donc très attendus pour améliorer l'avantage clinique
Méthodes :
70 malades avec glioblastome récurrent traité avec bevacizumab (40 à premier retour, 30 à> premier retour) ont été inclus dans la cohorte et les échantillons de plasma séquentiels ont été rassemblés auparavant et pendant le traitement. Le plasma de 23 volontaires sains a aussi été rassemblé. Les concentrations du plasma en VEGF, PlGF, Ang2, récepteur TEK/Tie2 (sTie2), BMP9, sFlt1, et les niveaux du sRobo4 ont été répartis par ELISA. La réponse au traitement a été évaluée selon les critères RANO.
Résultats :
L'OS médian était de
28,4 mois pour les répondeurs, 19,1 mois pour les malades non répondeurs. PFS Médian de 25,4 semaines pour malades répondeurs et 10,1 semaines pour les malades non répondeurs. Une médiane de 10 cycles (gamme 2-32) par malade a été administrée. 36 malades étaient des répondeurs (4 réponses complètes et 32 réponses partielles) et 34 malades ont été considérés comme non répondeurs (15 maladies stables et 19 maladies progressives). Les niveaux à la ligne de base de VEGF A, et PlGF étaient plus haut chez les malades que chez les volontaires sains alors qu'à la ligne de base la concentration médiane de BMP9 était réduite chez les malades. Aucune différence n'a été trouvée pour Ang2, sTie2, sFlt1 et sRobo4 entre malades et volontaires sains. Aucun biomarqueur à ligne de base n'a été associé avec la réponse, PFS ou OS. Pendant les premiers deux mois de traitement avec bevacizumab, VEGF A, le sTie2, Ang2 et sRobo4 ont diminué alors que le niveau de PlGF a augmenté fortement. Le traitement Bevacizumab n'a pas affecté niveaux dans le plasma de BMP9 et sFlt1. L'évolution des concentrations dans le plasma ne discriminent pas et malades répondeurs des non répondeurs. Finalement nous n'avons pas trouvé de variation considérable pour tout biomarqueur à la récidive.
Conclusions :
Notre étude a identifié des marqueurs plasmatiques associés avec les gliomes et des variations de niveau associées avec le traitement du bevacizumab mais il n'a pas été possible d'identifier un marqueur prophétique de réponse, PFS ou OS.
Asco 2014
2033- Jacob Joseph Mandel. Thromboembolisme veineux (VTE) et glioblastome. Lire
Auteurs :
Jacob Joseph Mandel, Shlomit Yust-Katz, Jimin Wu, Ying Yuan, Courtney C. Webre, Harshad Ladha, Tushar Pawar, Mark R. Gilbert, Terri S. Armstrong; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Texas A&M Health Science Center, Bryan, TX; The University of Texas Health Science Center at Houston, Houston, TX; The University of Texas Health Science Center at Houston, School of Nursing, Houston, TX Etats-Unis
Résumé :
The risk of VTE is very high for patients with brain tumors, with Glioblastoma (GB) considered one of the most at risk cancers. The aim of this study is to describe the occurrence and associated risk factors for the development of VTE among GB (patients) pts. 
Méthodes :
In this IRB approved retrospective study, our neuro-oncology longitudinal database was screened for pts with GB, who were treated with concurrent radiation and Temozolomide (TMZ) followed by adjuvant TMZ from 2005-2011. 543 pts were identified. 
Résultats :
134 (24.6%) pts developed VTE, with 139 documented events. 56 pts (42%) were diagnosed with deep vein thrombosis (DVT) , 27 pts (20%) with pulmonary emboli (PE) with no evidence of DVT, and 51 pts (38%) had both DVT and PE. The majority were diagnosed after starting adjuvant TMZ (61%) with a median time of 6.5 months from starting adjuvant TMZ (range 0.03-120) with only 22 (16%) pts developing VTE before starting post surgery treatment and 32(23%) during chemoradiation. At time of VTE diagnosis, 44 (32%) patients had stable disease, 61 (43%) were clinically or radiographically progressing and the rest were newly diagnosed or during concurrent treatment. 56 (40%) patients were admitted secondary to their VTE. Treatment with anticoagulation alone was given to 68 (52%) pts, IVC filter only was inserted to 6 (5%) pts and 56 (43%)pts were treated with both modalities). 15 pts developed complications secondary to anticoagulation(5 brain haemorrhage , 6 bleeding in other locations and 4 thrombocytopenia). On univariate analysis risk factor associated with development of VTE after starting adjuvant TMZ treatment were: sex, prior history of venous thrombosis, poor KPS, requiring assistive device for ambulation, paresis, high BMI, pre chemotherapy WBC counts, and various medications (including anticoagulation, blood pressure drugs, anti-acid drugs and corticosteroids) (p<0.05). On multivariate analysis sex, poor KPS, high BMI, history of VTE and use of corticosteroids were significant risk factors for the development of VTE (P<0.05).
Conclusions :

VTE est une complication commune des glioblastomes et peut se produire pendant le cours de la maladie. Les facteurs associés avec un risque augmenté ont été identifiés et seront utiles dans les modèles de risque en voie de développement dans cette population patiente.

Asco 2014
2034-Ewane Ediebah divin. Qualité de vie santé-apparentée (HRQoL) données et survie. Lire
Auteurs : Divine Ewane Ediebah, Francisca Galindo-Garre, Bernard M.J. Uitdehaag, Jolie Ringash, Jaap C. Reijneveld, Linda Dirven, Efstathios Zikos, Corneel Coens, Martin J. Van Den Bent, Andrew Bottomley, Martin J.B. Taphoorn; European Organisation for Research and Treatment of Cancer Headquarters, Brussels, Belgium; VU University Medical Center, Amsterdam, Netherlands; Princess Margaret Cancer Center, Toronto, ON, Canada; VU University Medical Center/Department of Neurology, Academic Medical Center, The Hague, Netherlands; Erasmus University Medical Center, Rotterdam, Netherlands; Medical Center Haaglanden, The Hague,
Pays Bas
Résumé :
In cancer clinical trials, several outcome measures may co-vary. Both treatment itself and treatment-related impairment of health-related quality of life (HRQoL) may affect survival. When these effects are analyzed separately, bias may arise. Therefore, our aim is to investigate the combined effect of treatment and longitudinally measured HRQoL on survival
Méthodes :
We analyzed data from an EORTC randomized clinical trial (RCT) of 288 patients with anaplastic oligodendrogliomas who received radiotherapy (RT) alone or RT plus procarbazine, lomustine and vincristine (PCV) chemotherapy. HRQoL was assessed with the EORTC QLQ-C30 and Brain Cancer Module, at baseline, at the end of RT, and then every 3 to 6 months until progression. The appetite loss (AP) scale was pre-selected as the primary HRQoL endpoint, because this scale was previously found to be significantly different between the two treatment arms. Joint modeling was used to assess the combined effect of treatment and treatment-related AP on survival. The hazard ratios (HRs) for treatment effect were calculated using three different modeling strategies: Cox model with treatment only (model 1 [M1]), Cox model with treatment and time-dependent AP score (model 2 [M2]) and the joint model (model 3 [M3]). 
Résultats :
In general, treatment with RT plus PCV chemotherapy resulted in decreased risk of death compared to RT alone. Estimated HR for treatment was 0.76 (95% CI 0.58–1.00) for M1, 0.72 (0.55–0.96) for M2 and 0.69 (0.52–0.92) for M3. This corresponds to a lower risk of death of 24% in M1, 28% in M2 and 31% in M3, for patients treated with RT plus PCV chemotherapy. Treatment-related AP resulted in increased risk of death, with estimated HR of 1.06 (1.01–1.12) for M2 and 1.13 (1.03–1.23) for M3. This translates to a 13% increased risk of death in M3 as compared to 6% increased risk of death in M2 for every 10-points increase of AP.
Conclusions :

Nos conclusions suggèrent qu'une partie de l'avantage de survie du traitement avec RT plus chimiothérapie PCV peut être masquée par l'effet négatif de ce traitement sur le patient avec HRQoL. Dans notre étude, jusqu'à 7% de l'efficacité du traitement a été perdue à travers la perte d'appétit AP augmentée. Information essai clinique : NCT00002840.

.Methods: Results:  Conclusions: 
Asco 2014
2035-Rakesh Jalali. Estimation neurocognitive chez les enfants et jeunes adultes avec des tumeurs de cerveau bénignes et bas grade progressif ou résiduel traités par radiothérapie
Auteurs :
Rakesh Jalali, Tejpal Gupta, Uday Krishna, Savita Goswami, Jayita Deodhar, Debnarayan Dutta, Sadhna Kannan, Atul Goel, Rajiv Sarin; Tata Memorial Hospital, Mumbai, India; ACT Clinic, Tata Memorial Hospital, Mumbai, India; Apollo Specialty Hopsital, Chennai, India; Tata Memorial Center, Mumbai, India; KEM Hospital, Mumbai, Inde
Résumé :


Méthodes :

Résultats :

Conclusions :


Asco 2014
2036-Anchit Khanna.
Garder le contrôle du glioblastome GBM en ciblant la voie CHK1-CIP2A. Lire
Auteurs :
Anchit Khanna, Brett Stringer, Bryan Day, Kathleen Ensbey, Han Shen, Andrew Boyd, Kerrie Leanne McDonald, John Pimanda; Adult Cancer Program, Lowy Cancer Research Centre, UNSW Medicine, The University of New South Wales, Sydney, Australia; QIMR-Berghofer Medical Research Institute, University of Queensland, Brisbane, Australia; Adult Cancer Program, Lowy Cancer Research Centre, UNSW Medicine, The University of New South Wales (UNSW), Sydney, Australia; Queensland Institute of Medical Research, Brisbane, Australie
Résumé :
Evidence for modern conformal partial brain radiotherapy is largely on retrospective or small case-series. We report longitudinal detailed neuropsychological outcomes from a prospective randomized trial comparing high-precision conformal radiotherapy (CRT) versus conventional radiotherapy (Conv RT) in children and young adults with progressive/residual benign and low-grade brain tumors (NCT00517959). 
Méthodes :
Between 2001-10, 200 patients (132 males, 68 females; median age 13 years) were randomized to receive CRT (n=105; multiple non-coplanar fields using micromultileaf collimators under stereotactic guidance) or Conv RT (n=95; 2-4 open fields and beam modification) by 6 MV to dose of 54 Gy/30 fractions. Age-appropriate battery included full-scale IQ (FSIQ), verbal quotient (VQ), performance quotient (PQ), memory quotient (MQ>16 years of age) by Wechsler scores, LOTCA and anxiety-depression tests. Serial evaluations were done at pre-RT, 6-months and 2, 3 and 5 years and analyzed using generalized linear-mixed model (GLMM). 
Résultats :
The most common histology was craniopharyngioma and low-grade astrocytoma. Baseline characteristics were well balanced between two arms. A substantial proportion of patients had low intelligence (FSIQ <69) in both arms (CRT-17%; Conv RT-16%) before RT. GLMM for repeated measures demonstrated significantly better preservation of FSIQ over time in patients treated with CRT compared to Conv RT at 3 year (p=0.003) and 5 year post-RT evaluation (p=0.012,Hyunh-Feldt test), as also in VQ (p=0.047) and MQ (p=0.049). Decline in LOTCA scores at 5-years (mainly in visuo-motor organization and attention-concentration) was significantly higher in Conv RT than CRT (p=0.019). Children <16 years had lesser depression in conformal arm (p=0.01) with no differences in anxiety between two arms. 
Conclusions :
Notre essai randomisé fournit l'évidence d'une qualité usage secondaire dans la radiothérapie conformationnelle de haute précision chez les enfants et les jeunes adultes avec tumeur progressive et résiduelle bénigne et/ou tumeurs du cerveau de bas grade. Information : essai clinique  NCT00517959.
Asco 2014

2037-
Valeur diagnostique du 2-hydroxyglutarate dans les urines et le sang pour identifier des gliomes avec mutation IDH1. Lire
Auteurs :
Giuseppe Lombardi, Giuseppe Corona, Patrizia Farina, Ardi Pambuku, Luisa Bellu, Alessandro Della Puppa, Pasquale Fiduccia, Roberta Bertorelle, Marina Paola Gardiman, Giuseppe Toffoli, Vittorina Zagonel; Medical Oncology 1, Venetian Institute of Oncology-IRCCS, Padua, Italy; Experimental and Clinical Pharmacology, National Cancer Institute, Aviano, Italy; Neurosurgery Department, Azienda Ospedaliera di Padova, Padua, Italy; Molecular Immunology and Oncology, Veneto Institute of Oncology-IRCCS, Padua, Italy; Pathology Department, Neurological Sciences, Azienda Ospedale–University of Padua, Padua, Italie
Résumé :
La mutation de gène IDH1 est un facteur pronostique et un contrôle diagnostique des gliomes. L'enzyme IDH1 mutante peut convertir un α-KG en 2-Hydroxyglutarate(2HG). Les gliomes altérés ont montré des montants d'intracellulaires de 2HG élevés. Nous avons analysé en 2HG dans le plasma et les urines des patients(PTS avec gliome) pour identifier un biomarqueur de la mutation du gène IDH1.
Méthodes :
Tous les Pts avaient une confirmation histologique antérieure de gliome, une IRM récente de cerveau récent (dans les 2 semaines) et montrer des lésions néoplastiques. Les critères de l'exclusion étaient toute chimiothérapie exécutée dans maladies néoplastiques et métaboliques antérieures, autres de 28 jours. Le plasma et échantillons de l'urine ont été prises chez tous les Pts et les concentrations en 2HG déterminées par chromatographie. L'épreuve Mann-Whitney a été utilisée pour tester les différences dans les concentrations du métabolite. La courbe ROC a été utilisée pour évaluer la coupe de valeur du biomarqueur 2HG.
Résultats :
84 Pts ont été inscrits : 38 avec mutation IDH1 et 46 avec IDH1 de type sauvage. Parmi les Pts avec mutation IDH1, 21 gliomes de haut grade (HGG) et 17 gliomes de bas grade (LGG). Parmi les Pts avec IDH1 de type sauvage nous avions 35 HGG et 11 LGG. Chez tous les Pts nous avons analysé la concentration en 2HG moyenne dans le plasma (P-2HG), et dans les urines (U-2HG) et le ratio entre P-2HG et U-2HG (R-2HG). Nous avons trouvé une différence considérable dans R-2HG chez les Pts avec et sans mutation IDH1. La valeur d'arrêt optimale de R-2HG pour identifier des Pts de gliomes avec et sans mutation IDH1 était de 19 avec une sensibilité (S) de 63%, une spécificité (SP) de 76% et une inexactitude de 70%. Chez seulement quelques Pts avec HGG la valeur d'arrêt optimale était de 20 (S 76%, SP 89%, Inexactitude 84%, PPV 80%, NPV 86%). Aucune association entre le niveau ou dimension de tumeur et R-2HG n'a été trouvée. Chez 7 Pts, hors de 7 Pts avec HGG, nous avons trouvé une corrélation entre R-2HG et la réponse au traitement.
Conclusions :
En analysant le R-2HG dérivé du plasma individuel et des urine s, les niveaux de 2HG niveaux peuvent discriminer les Pts avec glioma avec et sans mutation IDH1. Un plus grand échantillon a besoin d'être analysé pour enquêter sur cette méthode de diriger l'efficacité le traitement.
Asco 2014

2038-Mark Daniel Anderson. Caractéristiques des participants aux essais cliniques adultes avec glioblastome à L'Université du Texas MD Anderson Cancer Centre (MDACC). Lire
Auteurs :
Mark Daniel Anderson, Diane Liu, Jimin Wu, Marta Penas-Prado, John Frederick De Groot; University of Mississippi Medical Center, Jackson, MS; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Hospital Doce de Octubre, Madrid, Espagne
Résumé :
Le Gbm est la tumeur primaire de cerveau la plus commune chez les adultes avec un pronostic pauvre. Moins que 10% de pts sont traités sur un essai clinique.
Méthodes :
Dans cette étude rétrospective IRB-Approuvée, notre base de données a été utilisée pour les Gbm sur la période 2007-2012.
510 malades adultes (pts) avec Gbm primaire ont été identifié pour participer à un essai clinique. 112 pts adultes avec Gbm primaire ont été identifiés pour être éligibles à un essai clinique, mais ont choisi pour ne pas y participer.
Résultats :
L'âge médian était 54 ans (18-83).
307 pts avec un Gbm primaire récemment diagnostiqués ont donné leur consentement pour un essai (NDP) et leur OS médian était de 25 mois et leur PFS médian était 12,6 mois. OS médian pour pts qui se sont seulement inscrits pour un Gbm récurrent (RP) était de 19 mois à partir du diagnostic. Ces 2 groupes avaient des différences dans leur emploi, l'éducation, les symptômes, l'emplacement de la tumeur, le KPS, l'ampleur de la résection et l'emplacement des soins. Les Pts qui étaient éligible pour un essai clinique, mais n'y ont pas participé ont eu tendance à être plus vieux, ayez un KPS inférieur, de vivre éloigné, mais n'avait pas de différences dans les résultats. Il a été moins possible pour les fumeurs actifs de participer aux essais cliniques. Beaucoup de pts qui ont enrôlé été inscrit sur un essai clinique ont permis d'en inscrire plus d'un, mais recevoir la dose TMZ dense a réduit l'inscription aux essais cliniques à la récidive. L'âge, le KPS à la présentation, et l'ampleur de la résection ont été confirmés comme facteurs pronostiques associés avec l'OS. Aussi, emplacement de la clinique de soins de radiothérapie (MDACC contre facilité) a été associée avec l'OS. 383 pts ont été identifiés pour ne pas avoir suivi leur inscription (n=161, en raison de la distance, évaluation comme une deuxième opinion, inconnu) ou était éligibles pour d'autres protocoles cliniques (n=221, la thérapie antérieure, la progression rapide ou la mort, les comorbidités des toxicités médicales du traitement, l'emplacement de la tumeur, le refus de l'assurance).
Conclusions :

Les patients Gbm éligibles à un essai clinique à MDACC ont de meilleurs pronostics en général que les contrôles historiques, logique avec les autres études. La prudence devrait être prise quand il faut interpréter l'efficacité d'un seul centre, les essais cliniques avec bras unique. L'emplacement de la radiothérapie peut représenter une variable importante associée avec la survie et exige une enquête supplémentaire. Le voyage, l'éloignement est une barrière importante à une inscription dans un essai clinique

Résultats:Conclusions:
Asco 2014
2039-Susmita Sakruti.
Glioblastome récurrent : Est-ce que le timing du bevacizumab impacte la survie ? Lire
Auteurs :
Susmita Sakruti, Jaskirat Singh Randhawa, Sandra D. Griffith, Glen Stevens, David M. Peereboom, Manmeet Singh Ahluwalia; Cleveland Clinic, Cleveland, OH; Cleveland Clinic/Fairview, Cleveland, OH; Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH Etats-Unis
Résumé :
Bevacizumab (Bev) est FDA approuvé pour son usage avec le glioblastome récurrent (rGBM). La littérature est limitée sur
les résultats des rGBM selon le temps d'initiation de thérapie Bev. Nous avons examiné la survie sans progression (PFS) et la survie totale (OS) chez les malades avec rGBM traités avec Bev à notre centre.
Méthodes :
Avec approbation IRB, la base de données de la Clinique Cleveland des tumeurs de cerveau a été utilisée pour examiner
690 patients avec rGBM sur 10 ans (2003 à 2013). Les malades ont été stratifiés dans trois groupes: 1) les malades traité avec Bev à la 1ère récidive, 2) Bev à la 2ème récidive, et 3) Bev à la 3ème récidive. OS et PFS entre les trois cohortes ont été calculées par Kaplan-Meier et ont été comparé en utilisant les tests log-rank Renyi.
Résultats :
150 malades, âge médian 56 ans (gamme: 24-83), ont été inclus dans cette analyse. Le KPS médian avant traitement Bev était de 80 (gamme: 40-100). 28/150 malades avaient des tumeurs GBM multifocales et 122/150 GBM munifocales au commencement de la thérapie Bev. 75/150 malades (50%) ont reçu Bev à la première récidive, 50 malades (33%) a la 2ème récidive, et 25 malades (17%) a la 3ème ou plus tardivement encore. L'OS médian après le début de Bev était de 12,2 mois ( 10,0, 14,3) et PFS médian était de 8,3 mois (6,2, 10,2). Stratifiés par récidives et initiation de Bev, PFS médian était de 7,1 mois (5,9, 10,1) pour la 1ère récidive, 9,9 mois (6,3, 25.2) pour la 2ème, et 9,4 mois (3,8, 16,8) pour la 3ème. L'OS Médian était de 11,7 mois (95% (10,3, 14,3) pour la 1ère récidive, 10,0 mois (8,1, 39,3) pour la 2ème, et 13,9 mois ( 8,2, 18,4) pour la 3ème.
Conclusions :

Il n'y avait aucune différence considérable dans l'OS médian ou la PFS dans les trois groupes de GBM récurrents traités avec Bev.


 Asco 2014
2040-Florian Putz.
Un modèle pour prédire la faisabilité de la radio-chimiothérapie de temozolomide chez les malades avec glioblastome âgés de plus de 65 ans. Lire
Auteurs :
Florian Putz, Sergej Potapov, Godehard Lahmer, Rolf Buslei, Oliver Ganslandt, Marga Lang-Welzenbach, Rainer Fietkau, Sabine Semrau; Department of Radiation Oncology, University of Erlangen-Nuremberg, Erlangen, Germany; Department of Medical Informatics, Biometry and Epidemiology, University of Erlangen-Nuremberg, Erlangen, Germany; Department of Neuropathology, University of Erlangen-Nuremberg, Erlangen, Germany; Department of Neurosurgery, University of Erlangen-Nuremberg, Erlangen, Germany; University Erlangen, Erlangen, Germany
Résumé :
Il est controversé que la chimioradiothérapie concourante (CRT) avec temozolomide est faisable et salutaire chez les malades assez âgés avec glioblastome (GBM)
Méthodes :
Analyse rétrospective de
76 malades GBM assez âgés (=ou >65 ans) soignés avec CRT concouranteavec temozolomide. Les facteurs qui influencent le pronostic et la faisabilité de CRT ont été enquêtéss.
Résultats :
Survie totale médiane (MOS) de 11,3 mois. L'analyse a montré une différence considérable dans MOS pour une dose plus importante de temozolomide concourante (MOS de 13,9 mois pour une dose > à 2655 mg/m² contre MOS de 4,9 mois pour une dose cumulative <2655 mg/m²). Les facteurs pronostiques indépendants importants dans l'analyse multifactorielle étaient: une dose cumulative de temozolomide concourant> 2655 mg/m², le niveau de thrombocytopénie III/IV, et la biopsie seulement. L'hématotoxicité était la cause la plus commune d'interruption du traitement ou interruption dans les malades avec une dose du temozolomide cumulative insuffisante. Les facteurs pronostiques pour performance prospère de CRT avec une dose cumulative de temozolomide concourant> 2655 mg/m² étaient un genre féminin, l'âge, et le compte de plaquettes au début du traitement.
Conclusions :

La probabilité d'efficacité de la radio-chimiothérapie concourante avec temozolomide peut être estimée en se basant sur l'âge du malade, le sexe et le compte de plaquettes. Donc, un sous-groupe de malades assez âgés avec GBM peut être identifié et suivre une radio-chimiothérapie avec temozolomide concourant, c'est faisable et de bon pronostic.
Les dossiers suivants

Retour à la page générale