GFME 04/06/2014
Les 10 dossiers suivants
Revenir à la page principale
ASCO 2014 dossiers 61-70/100 des tumeurs de cerveau

Asco 2014
2061-
Hiroaki Wakimoto.
Signalisation des voies ciblables de mutation et de progression de la mutation IDH dans le gliome. Lire
Auteurs :  Hiroaki Wakimoto, Shota Tanaka, William T. Curry, Franziska Loebel, Dan Zhao, Kensuke Tateishi, Juxiang Chen, Lindsay K. Klofas, Nina Lelic, James C. Kim, Dora Dias-Santagata, Leif W. Ellisen, Darrell R. Borger, Sarah-Maria Fendt, Matthew Vander Heiden, Tracy Batchelor, A. John Iafrate, Daniel P. Cahill, Andrew S. Chi; Massachusetts General Hospital Cancer Center, Harvard Medical School, Boston, MA; Vesalius Research Center, VIB, and University of Leuven, Leuven, Belgium; Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA

Résumé :
Les mutations du gène IDH (Isocitrate Dehydrogenase) se produisent dans les gliomes de bas grade et de haut grade. Nous avons cherché à identifier la base génétique d'hétérogénéité du phénotype malin dans les gliomes avec mutation IDH.
Méthodes :
Nous avons implanté éventuellement des spécimens de 20 tumeurs avec mutation IDH1 extraits de résections de gliomes dans le cerveau de la souris. Nous avons suivi le génotypage des tumeurs en utilisant la méthode CLIA. Les gliomes avec des mutations conductrices de cancer ont été testés in vitro pour la sensibilité aux inhibiteurs visés. Les associations entre modifications génomiques et résultats ont été analysées chez les malades.
Résultats : Après 10 mois,
8/20 des gliomes avec mutation IDH1 ont développé des xénogreffes intracérébrales. Toutes les xénogreffes ont maintenu la mutation IDH1et de hauts niveaux de 2-hydroxyglutarate sur transplantation d'une série. Toutes les xénogreffes de gliomes ont arboré des mutations CIC (oligodendrogliome) ou TP53 (astrocytome), et 6/8 avaient en outre activé des mutations dans PIK3CA ou amplification de PDGFRA, MET, ou N-MYC. Seulement les mutations IDH1 et les mutations CIC/TP53 ont été détectées dans les gliomes non formés par les xénogreffes. L'inhibition de ces altérations supplémentaires a diminué la prolifération in vitro. De plus, nous avons détecté des modifications dans les oncogènes connus chez 13,4% des gliomes avec mutation IDH, y compris PIK3CA, KRAS, AKT ou mutation PTEN ou PDGFRA, MET ou amplification N-MYC. Les mutations IDH/CIC ont été associées avec des mutations PIK3CA/KRAS pendant que les tumeurs IDH/TP53 ont correspondu avec une amplification PDGFRA/MET. la présence de modifications des oncogènes a été associée avec une survie sans progression plus courte (médiane 9,0 contre 36,1 mois).
Conclusions :
Un sous-ensemble de gliomes avec mutation IDH et mutations supplémentaire d'oncogènes conduit a un phénotype plus malin chez les malades. L'identification de ces modifications peut fournir une opportunité pour des thérapies plus ciblées pour ces patients.

Asco 2014
2062-
Christine Marosi
Qualité de vie QOL et fonction neurocognitive chez les malades avec GBM. Lire
Auteurs : Christine Marosi, Cornelia Sax, Michael Ackerl, Johannes A. Hainfellner, Georg Widhalm, Karin Dieckmann, Adelheid Woehrer, Matthias Preusser, Birgit Flechl; Medical University Vienna, Vienna, Austria; Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Institute of Neurology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Department for Radiation Therapy and Radiation Biology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria; Institute of Neurology and Comprehensive Cancer Center CNS Tumours Unit, Medical University of Vienna, Vienna, Autriche

Résumé :
The importance of QOL and neurocognitive functions in patients with GBM is meanwhile beyond controversy. We followed newly diagnosed patients with GBM during first and second line therapy by evaluating their QOL and cognitive functions
Méthodes :
Consecutive newly diagnosed patients with GBM were included in this study. To assess QOL we used the EORTC QLQ C30 and BN20 questionnaire and the computer based NeuroCog FX for neurocognitive assessments. The first assessment was done at the beginning of radiotherapy and was followed by further 5 evaluations every three months
Résultats :
42 patients underwent radiation therapy with concomitant and adjuvant temozolomide. Non enzyme enhancing antiepileptic drugs (NEIAED) was prescribed for the majority of the patients (71%). Median progression free survival was 9.6 months (2.5-30.9 months). Second line therapies applied were bevacizumab in 11 patients (26%), dose-dense temozolomide in 10 patients (24%) and imatinib in 8 patients. (19%). Neither QOL nor cognitive scales differed considering prescription of antiepileptic drugs and type of second line therapy, whereas limited data was available after progression of disease (19/42 patients) 
Conclusions :

La qualité de vie QOL et la connaissance des malades avec GBM sous anti-épileptique non enzyme induisant NEIAEDs n'ont pas été en désaccord avec les malades sans NEIAED. De la même façon, aucune différence n'a été trouvée entre malades qui reçoivent des médicaments différents en 2ème ligne de thérapie. Cependant, seulement une minorité des malades est capable de remplir des QOL et des estimations cognitives après progression de la maladie. Information du procès clinique: 2009.

Asco 2014
2063-Yael Mardor. Prise de contraste retardée dans les IRM, un nouveau paradigme dans la neuro oncologie. Lire
Auteurs
Yael Mardor, David Guez, David Last, Dianne Daniels, Ouzi Nissim, Yuval Grober, Chen Hoffmann, Galia Tsarfaty, Dvora Nass, Alisa Talianski, Sharona Salomon, Moshe Hadani, Roberto Spiegelmann, Zvi R Cohen, Leor Zach, TRAMs Authors Group; Sheba Medical Center, Ramat Gan, Israel

Résumé :
Conventional MRI is unable to differentiate tumor progression from treatment-induced effects (pseudoprogression/radiation-necrosis) in brain tumor patients, thus significantly impacting patients’ management with no current solution.
Méthodes :
We have applied a
novel MRI-based methodology for high resolution depiction of tumor/non-tumor tissues. This unique model-independent technique is based on robust MRI sequences acquired with a delay, enabling complete separation between tumor (contrast clearance at the delayed time point) and treatment effects (contrast accumulation) with no overlap. 498 treatment response assessment maps were calculated for 149 patients with primary/metastatic brain tumors and 9 with AVM recruited/followed on study.
Résultats :
The maps were validated by comparing pre-surgical maps of 51 patients with primary/metastatic brain tumors who underwent surgery with histology, resulting in 100% sensitivity and 94% specificity to active tumor. This validation confirms that contrast clearance in the maps represent morphologically active tumor while contrast accumulation represents non-tumor tissues. Following initial validation, the maps were used for making 231 clinical decisions. In 67 cases the decision was to continue follow-up (no treatment change) and in 164 cases to change treatment (including surgery, chemoradiation, radiation treatments, switch to Avastin, etc). Our data demonstrates the application for management of patients with various types of tumors after various treatments, for depiction of residual tumor post surgery, detection of tumor within hemorrhages and differentiating malignant transformation from treatment effects.
Conclusions :
Notre haute résolution, facile à interpréter, des cartes modèles indépendantes fournissent une
différenciation complète et claire entre les tissus tumoraux ou non tumoraux chez les malades avec des tumeurs du cerveau. Le taux croissant avec lequel ces cartes sont utilisées pour des décisions cliniques en Israël reflète leur valeur ajoutée comme un outil efficient, proche pour une prise de décision en neuro oncologie. Un accord excellent entre cartes pré-chirurgicales et l'histologie suggère que ces cartes peuvent être sollicitées plus tard pour organiser des procédures de haute précision telles que les biopsies, les résections, les SRS et les IMRT.

Asco 2014
2064-Julio Léonard Barbosa Pereira. Chirurgie pour les tumeurs du système nerveux au Brésil, une révision de 57.361 cas dans DATASUS. Lire
Auteurs :
Julio Leonardo Barbosa Pereira, Luciola De Barros Pontes, Antonio A. F. De Salles, Alessandra Gorgulho, Ana Moura, Diana Lara Pinto de Santana, Benjamin Haaland, Gilberto Lopes; Instituto de Ensino e Pesquisa da Santa Casa de Belo Horizonte, Belo Horizonte, Brazil; HCor Onco, Sao Paulo, Brazil; HCor Neuroscience, Sao Paulo, Brazil; HCor, Sao Paulo, Brazil; Duke-National University of Singapore Graduate Medical School, Singapore, Singapour

Résumé :
In low- and middle-income countries, resource limitations make the management of central nervous system (CNS) tumors challenging, particularly in Brazil, a country with major socioeconomic and health access disparities. We aimed to evaluate cancer-related neurosurgical procedures in the public health care system
Méthodes :
Based on Brazilian’s public health system database (DATASUS), we collected data for neurosurgical procedures related to CNS tumors performed between January 2008 and November 2013. Information about number of procedures, costs, length of stay and number of inpatient deaths were analyzed for each State and then correlated to State specific population, gross domestic product (GDP) per capita and number of procedures. 
Résultats :
57,361 procedures were performed, the majority (45.9%) in the Southeast region. Total cost was $108,363,829.00; average cost per admission was $1,889.00. Average cost in each State, for a fixed number of procedures and population, tended to decrease as GDP per capita increased (OR -0.14; 95% CI -0.4 to -0.1; p=0.001). The mean length of hospital stay was 14.4 days, longer for patients treated at the North of the country (19.9 days). On multivariate analysis, number of procedures, GDP per capita, and population had an independent association with days of hospitalization. A total of 4,079 patients died, translating into an inpatient mortality rate of 7.11%, higher than expected based on US and European data. Northern States had the highest rates (12.76% for the region and 17.6% for the State with the highest mortality). Mortality rates decreased as number of procedures (p<0.001), GDP per capita (p<0.001) or State population increased (p<0.001). On multivariate analysis, only number of procedures (OR 0.93; 95% CI 0.91 to 0.96; p<0.001) and State population (OR 1.25; 95% CI 1.13 to 1.38; p<0.001) had an independent association with mortality.
Conclusions :
C'est la première étude qui évalue des disparités dans la chirurgie des tumeurs du système nerveux central SNC dans un pays qui confirme de grandes disparités régionales et des résultats cliniques variables fonction des ressources économiques et qui correspondent avec le niveau du revenu, le nombre de procédures et la population de l'état.

2065-Shyam Kumar Tanguturi.
** Radiothérapie hypofractionnée (HRT) contre standard (SRT) avec ou sans temozolomide (T) pour les malades assez âgés avec glioblastome (GBM). Lire
Auteurs :
Shyam Kumar Tanguturi, Patrick Y. Wen, David A. Reardon, Eudocia Quant Lee, Lakshmi Nayak, Laura W Christianson, Margaret C Horvath, Ian F. Dunn, Alexandra J Golby, Mark D Johnson, Elizabeth B Claus, E. Antonio Chiocca, Keith L. Ligon, Brian Michael Alexander, Nils D. Arvold; Harvard Radiation Oncology Program, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Center Institute, Boston, MA; Brigham and Women's Hospital, Boston, MA; Brigham and Women's Hospital, Yale University School of Medicine, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Institute/Brigham and Women's Hospital/ Boston Children's Hospital, Boston, MA; Dana-Farber Cancer Institute/Brigham and Women's Hospital, Boston, MA Etats-Unis

Résumé :
Aucuns essai randomisé parmi malades GBM assez âgés en utilisant la radiothérapie hypofractionnée HRT n'a été comparée à l'efficacité de la radiothérapie standard du protocole Stupp de SRT+T, et beaucoup de malades assez âgés aux États-Unis reçoivent SRT+T.
Méthodes :
Nous avons évalué
88 malades, âge > = 65 ans avec GBM diagnostiqué de 1994-2010 qui ont reçu HRT ou SRT avec ou sans T. concourant. La survie Totale (OS) a été calculée par la méthode Kaplan-Meier. Les facteurs pronostiques ont été évalués utiliser le modèle Cox modèle des risques proportionnels et l'épreuve de Fisher. HRT a consisté en 40 grays/15 fractions, et SRT a consisté en 59,4-60 grays /30-33 fractions.
Résultats :
Les malades ont reçu SRT+T (n = 26), SRT (n = 35), HRT+T (n = 21), ou HRT (n = 6).
L'âge Médian était de 70 ans parmi les malades SRT±T et 80 parmi malades HRT±T , KPS était inférieur parmi les malades HRT±T, et il était plus probable que les malades SRT-Seuls aient été traités avant l'année 2000. Il n'y avait pas de différences considérables entre les groupes quant au genre, à la dimension de la tumeur, la localisation multifocale, l'ampleur de résection, ou méthylation MGMT. Avec une médiane de suivi de 9,7 mois, l'OS médian était de 10,1 mois (SRT+T), 9,5 mo (SRT), 10,8 mo (HRT+T), et 3,0 mo (HRT). Sur analyse multifactorielle comparé à SRT+T, la mortalité était considérablement inférieure pour HRT+T et plus haute pour HRT. L'âge Croissant, KPS inférieur , et tumeurs multifocales ont aussi été associés avec une plus haute mortalité.
Conclusions :
Parmi les malades GBM assez âgés,
HRT+T a été associé avec survie améliorée comparée à SRT+T, en dépit d'un plus vieil âge et KPS inférieur à la ligne de base. Ces données suggèrent qu'avec l'addition de T, le nombre de traitements de la radiothérapie peut être réduit de moitié sans diminution de la survie, et devrait être exploré dans un essai randomisé.

Asco 2014
2066-Adam Louis Cohen.
Essai de phase I de radiothérapie répétée avec minocycline, et bevacizumab chez les malades avec gliome récurrent (RAMBO). Lire
Auteurs
Adam Louis Cohen, Christopher James Anker, Karen Salzman, Randy L. Jensen, Dennis C. Shrieve, Howard Colman; Huntsman Cancer Institute, Salt Lake City, UT; Department of Radiation Oncology, Huntsman Cancer Institute, University of Utah, Salt Lake City, UT; Department of Radiology, Salt Lake City, UT; Huntsman Cancer Institute, University of Utah, Salt Lake City, UT; University of Utah Huntsman Cancer Institute, Salt Lake City, UT Etats-Unis

Résumé :
Il n'y a pas de thérapies prouvées pour le glioblastome après progression sur bevacizumab. Le changement mésenchymal de la microglie servi en médiateur pa
r l'activation de NF-kappaB est un mécanisme de résistance au traitement dans le glioblastome récurrent. La minocycline inhibe l'activation de NF-kappaB et peut restaurer in vitro et in vivo la sensibilité à la radiothérapie du glioblastome.
Méthodes :
RAMBO est un essai de phase 1 de réirradiation, bevacizumab, et minocycline pour les patients avec glioblastome qui a progressé sur bevacizumab et qui sont à plus d'une année de la première radiothérapie. La minocycline est dose escalade dans un shéma 3+3 avec des cohortes de patients en projet de 100mg (cohorte 1), 200mg (cohorte 2), et 400mg (cohorte 3).
Résultats :
Les cohortes 1 et 2 ont été complétées. L'achèvement de la cohorte 3 est attendu à la réunion. Aucune dose qui limite les toxicités n'a été rencontrée. Deux malades ont renoncé à cause de progression clinique et décision d'aller à hospice, et une personne a renoncé après 1 semaine dû à un refus de prendre des antiémétiques pour niveau 1 de nausée. Aucun niveau 3 de toxicité sans rapport avec la progression de la tumeur n'été observé. Un niveau 3 d'hypertension asymptomatique a été attribué à bevacizumab et un niveau 3 d'hypokaliémie. Des niveaux 2 de toxicités ont inclus 3 cas de fatigue, un cas d'anémie, un cas de hoquets, trois cas d'hypertension, un cas d'hémorragie intracrânienne, un cas de nausée et un cas de vertige. De ceux-ci, seulement la nausée, fatigue étaient attribuées à la minocycline.
Conclusions :
La minocycline peut être combinée sans risque avec la radiothérapie et bevaciuzmab chez les malades avec glioblastome qui ont progressé sur bevacizumab. Information de l'essai clinique : NCT01580969.

Asco 2014
2067- Emilie Le Rhun
Valeur pronostique du prétraitement IRM dans le cancer du sein et les métastases leptoméningiales. Lire
Auteurs
Emilie Le Rhun, Thomas Boulanger, Patrick Devos, Sophie Taillibert, Yves-Marie Robin, Jacques Bonneterre, Isabelle Rodrigues, Fahed Zairi, Nicolas Reyns, Marc C. Chamberlain; Centre Oscar Lambret, Lille, France; Université Lille Nord de France, Lille, France; Centre Hospitalier Universitaire Pitié Salpétrière, Paris, France; Centre Oscar Lambret, Université Lille Nord de France, Lille, France; CHRU, Lille, France; Hôpital Roger Salengros, Lille, France; University of Washington, Seattle, WA

Résumé :
The National Comprehensive Cancer Network (NCCN) guidelines considers radiographic bulky disease as assesed by MRI as a negative prognostic factor in leptomeningeal metastases (LM). Our aim was to determine the prognostic value of pre-treatment MRI in patients with breast cancer (BC) related LM
Méthodes :
We retrospectively evaluated pretreatment MRI in a cohort of
60 women with BC and LM to determine the correlation between CNS MRI abnormalities and survival. All images were reviewed by a neuroradiologist and a neuro-oncologist. Statistical analyses were performed using SAS software V9.3. 
Résultats :
At LM diagnosis, patient median age was 56 ans (range, 35-81) and ECOG performance status was 0-2 in 64.5%. Breast cancers were invasive ductal carcinoma in 70.5%. Estrogen receptor and progesterone receptor were present in 71.5% and 56.5% respectively. 25% of tumors were HER2 positive and 16.5% were triple negative. Malignant cells were observed in the CSF in 64%. Brain MRI showed abnormalities consistent with LM in 73% including ; hydrocephalus (10% of all patients), focal (29%) or a diffuse (35.5%) linear leptomeningeal contrast enhancement (CE), subependymal CE (27%), sulci (35.5%), folia (46%) and cranial nerve (30.5%) CE and intracranial nodules (12.5%). Spine MRI revealed the following : linear focal (8.5%) or diffuse (54%) CE (71%) and subarachnoid nodules (16.5%). The cauda equina showed enhancement in 71% of patients. 91.5% of patients received intra-CSF chemotherapy, 59.5% systemic therapy and 18% radiotherapy. All but one patient died. Survival was less than 2 months in 33.5% and greater than 6 months in 36%. Median progression free survival (PFS) was 2.5 months (range, 0.03-3.3). Median overall survival was 4 months (0.03 – 34.88). Patients with linear focal leptomeningeal CE had a significantly better PFS (p=0.02) however no other MRI characteristic was associated with survival. 
Conclusions :
Dans cette cohorte rétrospective de malades avec cancer du sein et métastases leptoméningiales LM, la prise de contraste léptoméningiale CE focale et linéaire par pre-traitement IRM était le seul caractère radiographique anormal qui a correspondu avec la survie. Ces données seront confirmées dans une plus grande cohorte de malades.

Asco 2014
2068-Natasha Edwin. Thromboembolisme veineux chez les malades avec glioblastome. Lire
Auteurs
Natasha Edwin, Alok A. Khorana, Michael Khoury, Gene H. Barnett, Manmeet Singh Ahluwalia; Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH; University of Rochester, Rochester, NY; Cleveland Clinic, Cleveland, OH Etats-Unis

Résumé :
Patients with glioblastoma (GBM) are at increased risk of venous thromboembolism (VTE) as well as intracranial bleeding and clinicians are reluctant to use anticoagulants. The natural history of VTE in GBM in the post-bevacizumab era is not well understood. We conducted a cohort study to evaluate the risk of recurrent VTE and bleeding
Méthodes :
We studied consecutive Cleveland Clinic patients with GBM presenting with objectively diagnosed deep vein thrombosis (DVT) or pulmonary embolism (PE) from 2008 to 2013 with at least 6-month follow-up. We collected information on patient demographics, VTE, treatment, recurrence and bleeding.
Résultats :
The study population comprised 450 patients of whom 129 (28.7%) developed 229 VTE events. Of these, 24 (10.4%) were PE and 205 (89.5%) were DVT. Sixty (46.5%) VTE occurred in the first 30 days post-operatively, 45 (34.9%) on chemotherapy and 70 (54.3%) in the outpatient setting. Inpatient thromboprophylaxis rates were low in eligible patients (N=10/59, 16.9%). Treatment of VTE included enoxaparin monotherapy (N=32, 24.8%), warfarin (N=11, 8.5%) or vena caval filters either alone (N=39, 30.2%) or in combination with anticoagulation (N=18, 13.9%)Recurrent VTE occurred in 24% (N=31)at a median of 39 days (range, 2-375 days). Forty percent occurred in the immediate postoperative period (N=13, 41.9%). There were 20(15.5%) episodes of major bleeding after index VTE; a majority were intracranial (N=15, 75%).Two(10%) bleeds occurred in the absence of anticoagulation, 10 (50%) on enoxaparin and 4(5%) on warfarin.
Conclusions :
Les malades GBM avec thromboembolisme veineux VTE
sont à haut risque pour les VTE récurrentes (24%) et un saignement majeur (15,5%), confirmant apparemment les inquiétudes des cliniciens concernant l'anticoagulation. Cependant, le saignerment est commun aux deux avec et sans anticoagulation. VTE primaire et récurrente sont communes dans la période postopératoire et une adhésion améliorée à une thromboprophylaxie dans ce cadre pourrait réduire le risque. Un outil de prédiction individualisant le risque de VTE et de saignement pourrait optimiser l'usage de l'anticoagulation en prophylaxie et traitement.

Asco 2014
2069-Stuart Burri.
Résultats chez des malades avec glioblastome non réséqué avec estimation de traitement de bevacizumab comme une composante de la thérapie initiale. Lire
Auteurs :
 Stuart Burri, Ashley Love Sumrall, Renee P Kelly, Peggy O Boltes, Daniel Ernest Haggstrom, Roshan Sudhir Prabhu, Mark D Smith, William E Ballinger, James Thomas Symanowski, Robert W. Fraser, Anthony L. Asher; Levine Cancer Institute-Radiation Oncology, Charlotte, NC; Levine Cancer Institute, Charlotte, NC; Brain Tumor Fund for the Carolinas, Charlotte, NC; Carolina Neurosurgery and Spine Associates, Charlotte, NC; Carolinas Laboratory Network-Carolinas Pathology Group, Charlotte, NC; Levine Cancer Institute, Carolinas Healthcare System, Charlotte, NC; Carolinas Healthcare System-Neuroscience Institute, Charlotte, NC Etats-Unis

Résumé :
La radiothérapie (RT) et temozolomide concourant (CRT) est le 1er niveau de soin accepté pour le glioblastome récemment diagnostiqué (GBM). En dépit de résultats prometteurs dans les paramètres récurrents, l'addition de bevacizumab (BEV) à CRT
n'a pas amélioré la survie dans les essais cliniques où la majorité des malades avaient subi la chirurgie avec résection totale grosse. Cependant, le mécanisme biologique de BEV suggère une efficacité augmentée dans les tumeurs intactes, telles que les GMS non réséqués(UGB). Etant donné le pronostic pauvre des UGB, nous avons incorporé BEV dans la gestion de malades choisis avec UGB. Nous avons exécuté une analyse rétrospective de notre population patiente UGB pour répartir des résultats et évaluer l'efficacité de BEV en plus de CRT.
Méthodes :
Révision rétrospective pour tous les malades UGB (biopsie stéréotaxique seulement) soignés sur la période 2005-2012. 67 malades ont été inclus. Le traitement a été catégorisé par intention de traitement: renvoi d'hospice (groupe 1)-24%, RT palliative (groupe 2)-7%, CRT définitif (groupe 3)-55%, et CRT+BEV (groupe 4)-12%. l'âge Médian était de 65 ans et l'ECOG médian PS 2.
Résultats :
La survie totale médiane (OS) était de 4,8 mois. La survie était semblable pour PS 1 et 2 et inférieure pour PS 3-4. Pour les malade <65 ans OS était supérieur à 8,3 mois contre 3,7 mois pour malades >65 ans. OS pour les malades <75 ans étaient 6,0 mois contre 2,3 mois pour les >75 ans. OS Médian pour groupe 1-4 étaient 1,0, 1,7, 7,9 et 15,9 mois, respectivement. Dans le modèle multifactoriel Cox, l'analyse ajustée pour âge et PS, la survie des malades CRT+BEV, groupe 4, était supérieure à celle du groupe 1 et celle du groupe 2 avec une tendance comparée à CRT. 7 malades ont survécu > 24 mois.
3/7 (43%) était dans le groupe CRT+BEV (seulement 12% de tous les malades soignés). 4,5% des malades ont souffert d'hémorragie à la biopsie et sont décédés dans <1 mois.
Conclusions :
Les malades traités avec CRT+BEV avaient une OS médiane 3 fois supérieure au groupe médian et deux fois à celle des malades traités avec CRT. La survie médiane de 15,9 mois dans UGB traités avec CRT+BEV est numériquement semblable aux malades traités avec résection suivie par CRT dans autre série. Ajustés avec l'âge et PS, il y a une tendance statistique à OS supérieure pour CRT+BEV contre CRT standard.

 Asco 2014
2070-Maria Martinez-Garcia.
Hétérogénéité des tumeurs de cerveau avec codélétion 1p/19q. Lire
Auteurs
Maria Martinez-Garcia, Mar Lara, Blanca Espinet, Marta Salido, Beatriz Bellosillo, Maria Carmen Vela, Noelia Vilarino, Alvaro Taus, Sergi Mojal, Ana Rovira, Joan Albanell, Francesc Alameda; Medical Oncology, Hospital del Mar, Barcelona, Spain; Pathology, Hospital del Mar, Barcelona, Spain; Hospital del Mar-IMIM, Barcelona, Spain; Hospital del Mar, Barcelona, Espagne

Résumé :
L'évaluation de 1p et 19q est test diagnostic, pronostique et prophétique pour les tumeurs oligodendrogliales Les buts de cette étude étaient de déterminer la précision des codélétions 1p-19q des spécimens de tumeurs du cerveau, aussi bien que pour fournir des données supplémentaires pour son rôle potentiel dans le glioblastome (GBM).
Méthodes :
Nous avons évalué les codélétions 1p/19q par FISH en utilisant une analyse microarray du tissu (TMA) des spécimens de la tumeur du cerveau, principalement GBM. Quatre coeurs de 1mm de diamètre ont été évalués pour chaque tumeur. Nous avons utilisé une valeur du raccourci de 50%. Pour comparer le pourcentage de codélétion entre les quatre coeurs, le taux de corrélation d (C.C.I.) a été calculé. Dans 23 cas le taux de corrélation Pearson a été utilisé pour comparer des résultats de TMA avec ceux de la tumeur. Nous avons aussi extrait l'ADN pour la méthylation de MGMT pour chaque échantillon (MSP-PCR) et IDH1mutation. Les résultats cliniques pour GBM ont été mis en corrélation avec ces biomarqueurs.
Résultats :
Nous avons sélectionné
45 gliomes de grade IV (42 GBM et 3 gliosarcomes). L'âge Moyen était de 59 ans et 29 étaient des hommes. 15 tumeurs étaient MGMT méthylé (33%) et 7(16%) avaient la mutation IDH1. 38 malades (84%) avec délétion 1p (au moins un des coeurs) et 17 (38%) avec codélétion 1p/19q. Il y avait un taux bas de corrélation entre coeurs du même malade. Nous avons observé une haute corrélation entre le pourcentage moyen de délétions dans les coeurs et les sections. La corrélation entre la moyenne des coeurs et les sections pour 1p était de 0,819 et pour 19q de 0,810. Avec une suite médiane de 11 mois l'OS était de 10,5 mois. La codélétion 1p/19q n'avait aucun impact sur la survie et pas plus la délétion isolée de 1p ou 19q ou la méthylation MGMT. La mutation IDH1 a été correspondu considérablement avec la survie.
Conclusions :

Nos données montrent l'hétérogénéité substancielle intratumoral de la codélétion 1p/19q codeletion dans les gliomes de grade IV qui établissent de tester ce biomarqueur dans des sections entières ou dans plusieurs coeurs si seulement TMA est disponible. Le résultat supporte le manque de corrélation entre la codélétion 1p/19q et la survie OS dans le GBM.

Les dossiers suivants


Retour à la page générale