GFME 05/06/2013
Les 10 dossiers suivants
Accueil

ASCO 2014 dossiers 71-80/100 des tumeurs de cerveau

Asco 2014
2071-
Antonio Marcilio Padula Omuro.
Essai de phase Ib d'orotate de carboxyamidotriazole (CTO) et temozolomide pour gliome malin récurrent (MG), un mécanisme nouveau pour la modulation des chemins oncogéniques multiples. Lire
Auteurs Antonio Marcilio Padula Omuro, Thomas Joseph Kaley, Elena Pentsova, Lisa Marie DeAngelis, Walter John Urba, Matthew Hiram Taylor, Barry Douglas Anderson, Greg Gorman, Sean McLean, Rashida A. Karmali; Memorial Sloan-Kettering Cancer Center, New York, NY; Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York, NY; Earle A. Chiles Research Institute and Providence Cancer Center, Portland, OR; Knight Cancer Institute,Oregon Health and Science University, Portland, OR; Theradex, Princeton, NJ; Samford University, Birmingham, AL; Tactical Therapeutics, New York, NY Etats-Unis
Résumé :
A possible mechanism of resistance to targeted therapeutics is the existence of redundant signaling pathways. CTO is an oral inhibitor of non-voltage-dependent calcium signaling resulting in simultaneous modulation of several receptor-mediated, calcium-dependent signal transduction pathways, including EGFR, MEK, RAS, HDAC, HSP90, WNT/β-catenin and VEGF. A phase I single-agent study in solid tumors found a safe toxicity profile and predictable pharmacokinetics at doses of 75-427 mg/m2/day, with responses seen in refractory tumors with different mutations. CTO crosses the blood-brain barrier, and pre-clinical studies have shown single-agent activity in glioblastoma xenografts and robust synergism with temozolomide (TMZ), prompting this phase IB study.
Méthodes :
Patients with recurrent glioblastoma or MG were eligible regardless of number of recurrences and previous bevacizumab exposure. The primary objective was to establish the maximum tolerated dose (MTD) of daily oral CTO combined with TMZ 150 mg/m2x5 every 28 days, using a standard 3+3 design
Résultats :
The combination was well tolerated, with no dose-limiting toxicities observed at the 4 dose levels examined (N=15), ranging from 219mg to 481mg/m2/day. The most frequent adverse events were fatigue, nausea, vomiting, and dizziness, all of which grades 1 or 2; no QTc prolongation was seen. PK data demonstrated therapeutically relevant metabolite (CAI) levels starting at 219mg/m2doses, with no significant interactions with TMZ. Preliminary evidence of activity was observed: three radiographic responses among 11 evaluable patients; 7 patients continuing treatment beyond 2 cycles; stable disease as durable as 9+ cycles. Tissue correlates and analysis of DCE-perfusion MRI are ongoing
Conclusions :
CTO aux doses aussi hautes que 481mg/m2/jour sont sûres et bien tolérées en combinaison avec TMZ, sans MTD défini après cet essai de dose-escalade. Plus tard l'escalade pour augmenter l'exposition à CNS sera effectuée. Les premiers signaux d'activité dans cette population pré-traitée encourage et mérite un essai supplémentaire. Information :  Essai clinique NCT01107522.

Asco 2014
2072-
Priya Kumthekar.
Essai de phase II d'anhydride arsénieux et temozolomide en combinaison avec la radiothérapie chez les malades avec gliomes malins. Lire
Auteurs  Priya Kumthekar, Sean Aaron Grimm, MaryAnne H. Marymont, Minesh P. Mehta, James Chandler, Kenji Muro, Borko Jovanovic, Irene B. Helenowski, Katie McCarthy, Jeffrey J. Raizer; Northwestern University Health System, Chicago, IL; Cadence Health Brain Tumor Center, Warrenville, IL; Northwestern Memorial Hospital, Chicago, IL; University of Maryland Medical Systems, Baltimore, MD; Northwestern University, Chicago, IL; Illinois Masonic Hospital, Chicago, IL; Northwestern University Department of Preventive Medicine, Chicago, IL; Department of Preventive Medicine, Northwestern University, Chicago, IL; Northwestern University, Feinberg School of Medicine, Chicago, IL Etats-Unis
Résumé :
Le traitement standard courant pour GBM est la radiothérapie (RT) et temozolomide (TMZ). Nous avons publié un essai de phase I de l'addition d'anhydride arsénieux (ATO) à RT et TMZ. Nous présentons maintenant les données de la phase II
Méthodes :
Les malades avec gliomes malins récemment diagnostiqués étaient éligible pour le traitement de cet essai de phase II à 1 seul bras. Les malades ont été traités avec RT (60GY), TMZ (75 mg/m2 x jour 42 jours) et ATO 0,20 mg/kg journalier en 1 semaine et 2 fois par semaine x 5 semaines.
Résultats :
25 malades (14 M et 11 W) ont été inclus avec un âge médian de 56 ans (28-73). L'histologie était GBM 18, AA 6 et AO 1. Tous les malades ont complété RT/TMZ/ATO. Le nombre Médian de cycles RT de TMZ étaient de 3 (0-12). 9/25 malades ont complété 6 cycles ou plus. PFS médian était de 6 mois pour GBM et 15 mois pour AG et OS médian était de 15 mois pour GBM et NR pour AA. La réponse était SD chez 20/27, PR chez 1 et PD chez 4.
Conclusions :
ATO additionné à RT et TMZ est faisable et tolérable mais ne paraît pas améliorer le résultat comparé aux données RTOG 0525 où l'OS est de 16,6 mois pour le GBM récemment diagnostiqué. Le tissu a été analysé pour le statut de méthylation de MGMT. Information de l'essai clinique: NCT00275067.

Asco 2014
2073-Ajay Prakash Abad. Application d'un modèle prophétique validé pour la thromboembolie veineuse chez les malades avec glioblastome. Lire
Auteurs Ajay Prakash Abad, Jennifer Serventi, Nimish Mohile; Wilmot Cancer Center, University of Rochester Medical Center, Rochester, NY Etats-Unis
Résumé :
Venous thromboembolism (VTE) is a major cause of morbidity and mortality in patients with Glioblastoma (GBM). Despite a 7-28% incidence of VTE in GBM, there is no data to initiate thromboprophylaxis. A risk score developed by Khorana et al. for non-CNS malignancies incorporates histology, BMI, and pre-chemotherapy blood counts, reliably predicting those patients at highest risk of VTE. We sought to determine if this risk score could identify those GBM patients at highest risk and therefore, potential candidates for thromboprophylaxis. 
Méthodes :
We performed an IRB-approved retrospective study of all GBM patients at the Wilmot Cancer Center from January 2005 to May 2011. Baseline blood counts and BMI were obtained and charts were reviewed to determine occurrence of VTE. We assigned 1 point each for PLT≥350,000/μl, Hgb<10 g/dl, WBC >11,000/μl, and BMI≥35 kg/m2; all patients received 2 points for having a high-risk histology. We assessed whether patients with a risk score ≥3 had a higher occurrence of VTE compared to patients with a risk score of 2.
Résultats :
167 GBM patients (median age=64 ans) were identified and
20% developed VTE. VTE was characterized as DVT only in 15 patients, PE only in 13 patients, and concomitant DVT/PE in 6 patients. 46% (n=77) had a risk score of 2 (intermediate risk), and 64% (n=90) had a risk score ≥3 (high risk). 15.6% of patients with a score of 2 developed VTE compared to 18.9% with risk score ≥3 (p=0.575). 
Conclusions :
VTE est commun dans le GBM et notre taux de 20% est logique avec les rapports antérieurs. Tous les malades GBM étaient en risque intermédiaire ou haut, et le pourcentage des malades qui ont développé une VTE (18.9%, score ≥3, 15.6%, score=2) dépasse largement celui rapporté dans les autres cancers non SNC (6.7%, score ≥3, 2.0%, score=2). Bien qu'il n'y ait eu aucune différence statistique dans cette petite cohorte de malades, nos conclusions suggèrent que ce modèle de risque peut discriminer les malades à plus haut risque. De futurs modèles de risque spécifique au GBM peut bénéficier de l'incorporation du statut de l'ambulation postopératoire, de l'ampleur de la résection et de biomarqueurs tels les facteurs du tissu.

Asco 2014
2074-
Emeline Tabouret. Le niveau, dans le plasma et la tumeur d'ARN de MMP2 et MMP9 ont une distribution semblable dans le glioblastome récemment diagnostiqué ou récurrent. Lire
Auteurs :
  Emeline Tabouret, Francoise Boudouresque, Emilie Denicolai, Maryline Barrie, Celine Boucard, Philippe Metellus, Didier Autran, Alexia Terciolo, Dominique Figarella-Branger, L'houcine Ouafik, Olivier L. Chinot; Aix-Marseille University, AP-HM, Service de Neuro-Oncologie, CHU Timone, Marseille, France; Aix Marseille University, Marseille, France; Aix-Marseille University, Marseille, France; AP-HM, Service de Neuro-Oncologie, CHU Timone, Marseille, France; Aix-Marseille University, AP-HM, Service de Neuro-Chirurgie, CHU Timone, Marseille, France; Aix-Marseille University, AP-HM, Service d'Anatomopathologie et de Neuropathologie, CHU Timone, Marseille, France; Timone University Hospital, Marseille, France
Résumé :
Nous avions montré précédemment
qu'un haut niveau de MMP2, et à un bas niveau de MMP9 dans le plasma ont été associés à un haut taux de réponse, une PFS et OS prolongés dans le GBM récurrent traité avec bevacizumab (BEV), mais pas avec les agents cytotoxiques, (Tabouret et col. Neuro-Oncol 2013). Pour avancer l'exploration de l'usage optimal d'administration du bevacizumab, nous avons analysé les niveaux de MMP2/MMP9 dans le plasma ainsi que dans l'ARN tumoral chez les malades récemment diagnostiqués avec GBM récurrent.
Méthodes :
Le plasma a été rassemblé avant la radiothérapie chez les malades avec GBM récemment diagnostiqué (Pop ND) et dans une population distincte de pts à la récidive (Pop RD). Les niveaux de MMP2 et MMP9 dans le plasma ont été analysés en utilisant ELISA. Dans une 3ème population avec GBM initial et récurrent une double analyse de MMP2 et MMP9 a été faite dans le plasma et sur l'ARN tumoral par RT-PCR (Pop NDT et RDT respectivement). Les corrélations ont été faites en utilisant le test Mann Whitney U, la corelation Spearman et le T-Test.
Résultats :
Les niveau de MMP2 et 9 dans le plasma ont été mesurés chez 44 ND (initial) et 76 pts RD (récurrence). Les niveaux moyens de MMP2 pour ND et RD étaient de 196,4 pg/ml (± 9.6) et 218,2 pg/ml (± 9.6). Les niveaux moyens de MMP9 pour ND et RD étaient 365,4 pg/ml (± 50.7) et 302,0 pg/ml (± 34.9). Aucune différence considérable n'a été observée entre les niveaux de MMP2 et MMP9 dans le plasma chez ND et RD. Chez les pts ND, aucune corrélation n'a été trouvée entre les niveaux de MMP2 dans le plasma et celui de MMP9, pas plus qu'entre les marqueurs dans le plasma et KPS ou l'âge. Chez les pts avec récidive NR, les niveaux de MMP2 et MMP9 dans le plasma ont correspondus inversement . MMP9 Deux par deux et MMP2 ARN étaient disponibles dans NDT et RDT pour 29 pts. Aucune différence n'a été observée entre NDT et expressions RDT de MMP9 et MMP2. Àu diagnostic initial, MMP9 et MMP2 étaient de 95,7 pli et 15,9 pli partout exprimé comparé avec le cerveau normal. À la récidive, MMP9 et MMP2 étaient de 80,6 pli et 25,9 pli partout exprimé. MMP2 et MMP9 ARN a correspondu chez les NDT (p=0.001) mais pas chez les RDT.
Conclusion
:
Dans cette étude rétrospective des prébiomarqueurs d'activité de BEV,
MMP2 et MMP9, n'ont pas montré de changement considérable entre GBM au diagnostic et à la récidive tant dans les niveaux dans le plasma que dans l'ARN des tumeurs. Ces résultats peuvent suggérer que BEV pourrait être de la même façon récemment actif pour les pts avec diagnostic de GBM récurrent. De futures études adéquates sont garanties.

Asco 2014
2075- Mohamed Ali Hamza.
Impact d'effets inverses de bevacizumab sur les résultats de la survie des malades avec glioblastome récurrent. Lire
Auteurs Mohamed Ali Hamza, Carlos Kamiya Matsuoka, John Frederick De Groot; OhioHealth, Columbus, OH; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX Etats-Unis
Résumé :
Le bevacizumab (bev) est largement utilisé pour le traitement des malades avec glioblastome récurrent (GBM). Les effets inverses (AEs) au bev ou aux régimes contenant bev peuvent entrainer l'interruption du traitement. Les effets de ces effets inverses sur les résultats de la survie ne sont pas bien définis.
Méthodes :
Dans cette révision rétrospective, nous avons identifié des malades avec GBM récurrent traité avec des régimes BEV seul ou contenant BEV entre 2006 et 2011 et qui ont cessé le traitement de bev à cause d'AEs (saignement, hypertension, maladie rénale ou numérations globulaires basses) ou à cause de la décision du médecin. Nous avons exclu ceux qui avaient la progression de la maladie avant l'interruption. Les données ont été analysées pour déterminer la survie totale (OS) et la survie sans progression (PFS).
Résultats :
65 malades ont été analysés. 39 malades ont quitté bev à cause d'AEs et 26 malades ont quitté bev sur décision de médecin. Il n'y avait pas de différences considérables dans l'âge, le statut de la performance KPS, l'ampleur de la résection, le nombre de lésions, le temps entre diagnostic et 1ère récidive, le temps entre diagnostic et le début de bev, le nombre de récidives avant le début de Bev, et la durée du traitement bev entre les deux groupes. Les malades qui ont quitté bev à cause d'AEs ont progressé plus tôt après l'interruption de bev (3,9 mois contre 5,7 mois), et avaient une PFS considérablement inférieure (10,4 mois contre 14,2 mois, et avait l'OS considérablement inférieure après le début de bev (13,9 mois contre 32,5 mois) et OS inférieur depuis le diagnostic (20 mois contre 49,3 mois) quand on les compare aux malades qui quittent bev à cause de la décision du médecin.
Conclusions :
Les malades avec GBM récurrent traités avec bev, mais interrompu à cause d'AEs sont associés avec une progression plus précoce et une OS plus courte que celles des malades qui quittent bev à cause de la décision du médecin. Ces résultats indiquent que les évènements contraires AEs au bev ou aux régimes contenant bev sont associés avec des résultats défavorables chez les malades avec GBM récurrent.

Asco 2014
2076-Andres F. Cardona.
Profilage moléculaire des gliomes de bas grade (LGG) en Colombie (ONCOLGroup). Lire
Auteurs A
ndres F. Cardona, Jose Behaine, Enrique Jimenez, Fernando Hakim, Nicolas Useche, Sonia Bermudez, Oscar Arrieta, Juan A. Mejia, Hernan Carranza, Jorge M. Otero, Diego Benavidez, Pierre M. Edy, Carmen Balañá, July Rodriguez, Leon D. Ortiz; Clinical and Traslational Oncology Group, Fundacion Santa Fe de Bogota, Bogotá, Colombia; Neurosurgery Department, Fundacion Santa Fe de Bogota, Bogota, Colombia; Neuroradiology Section, Fundacion Santa Fe de Bogota, Bogota, Colombia; Instituto Nacional de Cancerologia - INCAN, Mexico City, Mexico; Clinical and Traslational Oncology Group, Fundacion Santa Fe de Bogota, Bogota, Colombia; Internal Medicine Department, Fundacion Santa Fe de Bogota, Bogota, Colombia; Oncology Department, Hospital Militar Central, Bogota, Colombia; Hospital Universitario Germans Trías i Pujol, Badalona, Spain; Foundation for Clinical and Applied Cancer Research - FICMAC, Bogota, Colombia; Instituto de Cancerología, Clínica las Américas, Medellin, Colombie

Résumé :
Les LGG sont classés comme astrocytome (DA), oligodendrogliome (OD) ou gliome mélangé (OA). La mutation TP53 et la codélétion 1p19q ont été les caractères anormaux moléculaires principaux rencontrés à ce jour. Bien que les mutations IDH1/2 aient été décrites jusque dans 85% des LGG, Il existe des gliomes négatifs pour cette mutation. Il a été trouvé récemment qu'ATRX joue un rôle considérable dans l'oncogenèse du gliome.
Méthodes :
Nous avons cherché l'expre'ssion de la protéine P53 et Olig2, le statut de méthyklation MGMT (pMGMT), la codélétion 1p19q et le statut IDH/ATRX chez 63 malades LGG colombiens (pts). La survie Totale (OS) a été estimé et comparé entre les groupes d'après le génotype.
Résultats :
L'âge moyen était de
40,1 ans. 50% des pts étaient des hommes, le diamètre moyen des tumeurs de 41,7 mm (±17,2 mm) et la distribution histologique était 61,9%, 25,4% et 12,7% pour AA, OD et OA, respectivement. La résection chirurgicale était totale dans pour 47,6%, partielle pour 31,7% et biopsie pour 20,6% des cas. Les mutations dans IDH1/2 ont été trouvées dans 57,1%, pMGMT+ dans 65,1%, surexpression de p53 et Olig2 chez 30,2% et 44,4%, et codélétion 1p19q chez 34,9%. La présence de modifications dans ATRX a été analysée chez 25 malades, et était positif chez 16% (tout l'IDH1+/1p19q -). Le suivi médian était de 15,8 mois (7,6-42,0), l'OS était de 39,2 mois (2,5-274 mois) et les variables modifiant positivement l'OS , pMGMT+ , codélétion 1p19q, l'extension d'intervention chirurgicale et le nombre de lobes impliqués. L'analyse multifactorielle a montré que pMGMT et codélétion 1p19q ont modifié l'OS dans notre population.
Conclusions :
C'est
la première étude qui a évalué le profil moléculaire des LGG chez les patients en Amérique latine. Nos conclusions ont confirmé la pertinence pronostique de pMGMT et de la codélétion 1p19q, sans trouver une relation positive pour les mutations IDH1/2. Cette découverte aurait pu être expliquée par la taille échantillon et la sélection. Les mutations dans ATRX sont limitées à la population de pts qui a DA/OA et IDH1+/1p19q -.

Asco 2014
2077-Anna Likhacheva.
Coût d'un essai de radiothérapie randomisé de malades avec une à trois métastases de cerveau. Lire
Auteurs
Anna Likhacheva, Lincy S. Lal, Eric L. Chang, Paul D. Brown, John Michael Swint, ASCO Group; Banner MD Anderson Cancer Center, Gilbert, AZ; The University of Texas, School of Public Health, Houston, TX; USC Norris Cancer Center, Los Angeles, CA; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; The University of Texas School of Public Health and The University of Texas Medical School at Houston, Houston, TX
Résumé :
Two common options for the treatment of 1-3 brain metastases (BM) are whole brain radiotherapy with stereotactic radiosurgery boost (WBRT+SRS) and stereotactic radiosurgery alone (SRS). These two approaches entail differences in efficacy, neurocognitive toxicity and cost. Currently, there is an absence of evidence contrasting these two strategies both in terms of effectiveness and cost in a randomized setting.
Méthodes :
A randomized single institution trial tested the difference between outcomes and utilities among patients with 1-3 BM receiving WBRT+SRS or SRS alone. Patients receiving SRS alone could undergo salvage SRS or WBRT. Between 2001 and 2007, 58 patients were randomized to one of two arms. Another 42 patients refused the assigned treatment at randomization but were still followed prospectively. Institutional costs were utilized and adjusted using the Consumer Price Index. Overall survival (OS) was estimated by the Kaplan-Meier method. Utility score was derived using a time trade-off method. Cost per life-years saved and cost per quality-adjusted life-year (QALY) saved were calculated. R
Résultats :
OS and utility scores in the SRS alone group were significantly higher than SRS+WBRT group among randomized patients (p=0.005 and p=0.05) while neither metric was statistically different in the non-randomized cohort (p=0.72 and p=0.5). The incremental cost effectiveness ratios (ICER) of SRS alone over WBRT+SRS were $47201, $74,560, and $56,455 per QALY for randomized patients, non-randomized patients and all patients, respectively. Sensitivity analysis demonstrated that the likelihood of having 1 versus 2-3 BM had the highest impact on ICER.
Conclusions :
Le degré de coût-efficacité pour SRS seul, comme estimé par les coûts pour les patients dans une étude prospective a varié si les malades ont été randomisés et ont pu choisir leur traitement. Néanmoins,
SRS seule pour 1-3 métastases de cerveau est une option raisonnable et supportable pour toutes les populations.

Asco 2014

2078- Alan Nichol. Essai de phase II de radiothérapie entière de cerveau avec boost simultané volumétrique pour 1 à 10 métastases de cerveau. Lire
Auteurs  
Alan Nichol, Michael R. McKenzie, Roy Ma, Fred Hsu, Arthur Cheung, Devin Schellenberg, Lovedeep Gondara, Rosemin Vellani, Hannah Carolan, Robert Anton Olson, Francois Germain; BC Cancer Agency, Vancouver, BC, Canada; BC Cancer Agency, Abbotsford, BC, Canada; BC Cancer Agency, Surrey, BC, Canada; BC Cancer Agency, Prince George, BC, Canada; BC Cancer Agency, Kelowna, BC, Canada
Résumé :

Local control of brain metastases reduces risk of death from intracranial progression and improves survival in selected patients. Volumetric modulated arc therapy can deliver a fraction of whole brain radiotherapy (WBRT) and a simultaneous integrated boost (SIB) to multiple brain metastases in about 5 minutes. This is the first registered clinical trial (NCT01046123) to report WBRT and SIB for up to 10 brain metastases. 
Méthodes :
Sixty subjects with 1-10 brain metastases were accrued to a single-institution phase II study of a 5-fraction course of 20 Gy WBRT and 50 Gy SIB. Eligible subjects had Karnofsky Performance Status (KPS) 70 - 100, maximum diameter of the largest metastasis ≤ 3 cm, and estimated ≥ 6-month median life expectancy. The phase II primary endpoint was a comparison of 3-month local control with that of the WBRT (37.5 Gy/15) and stereotactic radiosurgery (SRS: 15-24 Gy/1) arm of the RTOG 95-08 study (90%). Overall survival for subgroups with 1-3 and 4-10 metastases were compared. 
Résultats :
The median number of brain metastases was 3 (range: 1-10). Known prognostic factors for overall survival in the 1-3 subgroup (n = 33) and the 4-10 subgroup (n = 27) were not significantly different. The cancers were: 53% lung, 32% breast and 15% other. The minimum follow-up was 5 months and the median follow-up was 9 months. The 3-month radiographic responses were: 10% complete, 48% partial, 33% stable (90% local control) and 10% progressive disease. Grade 3-4 radionecrosis occurred in 7% (4/60) of subjects at a median of 9 months. The median survival was 10 months in the 1-3 subgroup and 12 months in the 4-10 subgroup (p = 0.8). Multivariable analysis of overall survival showed that KPS 70-80 (HR = 3.2, p < 0.004), extracranial disease (HR = 2.9, p = 0.04) and no use of targeted systemic therapy (HR = 7.5, p = 0.0003) were associated with worse survival, but age (HR = 0.98, p = 0.1) and number of metastases 1-3 vs. 4-10 (HR = 1.1, P = 0.8) were not.
Conclusions :
WBRT et SIB avaient le contrôle local à 3 mois identique aux bras WBRT et SRS de l'essai RTOG 95-08. La survie équivalente des sous groupes 1-3 et 4-10 justifie d'inclure des malades sélectionnés avec 4-10 métastases de cerveau en essai de phase III pour les métastases du cerveau. Information : Essai clinique NCT01046123.

Asco 2014
2079- Caroline Houillier
Lenalidomide dans le traitement en récidive du lymphome primaire du système nerveux central (PCNSL). Lire
Auteurs Caroline Houillier, Sylvain Choquet, Valerie Touitou, Nadine Martin-Duverneuil, Khê Hoang-Xuan; APHP-CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France; CHU Pitie-Salpetriere, APHP, Paris, France
Résumé :
Lenalidomide est un médicament immunomodulateur qui est efficace dans le myélome multiple et les malignités hématologiques y compris les lymphomes refractaires ou récurrents à grandes cellules Bl (DLBC) (Witzig et al, Anne Oncol 2011).
Méthodes :
Ceci est une révision rétrospective des malades PCNSL traités avec lenalidomide à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Les critères d'inclusion étaient: (1) statut immunocompétent (2) diagnostic de DLBC-PCNSL prouvé pathologiquement (3) maladie récurrente ou réfractaire après au moins 2 traitements de chimiothérapie antérieurs, y compris méthotrexate à aute dose intraveineux et cytarabine, (4) lenalidomide administré oralement, à une dose de 25 mg/jour, les jours 1-21 d'un cycle de 28 jours. Les IRMs ont été exécutés mensuellement. La réponse a été évaluée d'après les critères IPCG.
Résultats :
Entre juin 2011 et mars 2013, 6 malades (4 femmes et 2 hommes) ont été inclus. Lenalidomide a été donné en 3e ligne pour 4 malades, en 4e ligne pour 1 et en 5e ligne pour 1. L'âge Médian était de 73,5 ans (gamme 64-78) et le KPS médian de 60 (gamme 40-70). 2 malades ont accompli la réponse complète CR. 1 patient a reçu un total de 9 cycles mensuels de lenalidomide sans stéroïdes et est encore en rémission après 18 mois, début du traitement. 2 patients ont accompli une réponse complète sans stéroides au temps de la CR, mais ont rechuté pendant le 3ème cycle et sont morts après 14 semaines. 3 patient 3 ont accompli une réponse partielle PR après un cycle mais sont morts soudainement pendant le 2ème cycle. Les malades 4, 5, et 6 ont progressé et sont morts respectivement 2, 5, et 6 mois après le début de lenalidomide. Un d'eux qui a souffert d'une rechute oculo-cérébrale a démontré une réponse oculaire partielle en progressant dans le cerveau. À part la mort subite de cause inconnue, le traitement a été bien toléré. Aucun malade n'a éprouvé des toxicités de niveau III ou IV.
Conclusions :
Ces résultats suggèrent que le lenalidomide a une activité chez des patients PCNSL déjà lourdement pre-traités et est bien toléré chez les malades assez âgés. L'efficacité de Lenalidomide sur PCNSL a besoin d'être évalué éventuellement, seul ou en association avec d'autres agents cytotoxiques. Un essai de phase II combinant rituximab et lenalidomide pour PCNSL récurrent est en cours en France (NCT01956695).

 Asco 2014
2080-Roberta Ruda.
Chimiothérapie préopérative comme une nouvelle stratégie de traitement pour gliomes de bas grade dans les régions éloquentes, essai de phase II. Lire
Auteurs : Roberta Ruda, Lorenzo Bello, Antonella Castellano, Luca Bertero, Elisa Trevisan, Marco Riva, Andrea Falini, Riccardo Soffietti; Department of Neuro-Oncology, University and City of Health and Science Hospital of Turin, Turin, Italy; Department of Neurosurgery, University of Milan and Clinical Institute Humanitas, Rozzano, Italy; Department of Neuroradiology, Vita-Salute University and San Raffaele Hospital, Milan,
Italie
Résumé :
La résection totale a été associée avec une survie augmentée et un risque réduit de transformation maligne dans lesgliomes de bas grade (LGGs). Cette étude a eu l'intention d'évaluer si la chimiothérapie préoperative avec temozolomide peut réduire l'infiltration de la tumeur et améliorer la résection chirurgicale des LGGs dans les régions éloquentes.
Méthodes :
Les malades avec LGG après biopsie ou résection partielle à une chirurgie antérieure qui ont progressé avec des crises d'épilepsie croissantes et/ou radiologiques ont reçu temozolomide 1 semaine oui et 1 semaine non pour un maximum de 12 cycles. La réponse sur les IRM-FLAIR a été évaluée chaques 3 mois basés sur les critères volumétriques RANO. Les changements sur prise d'images du tenseur de la diffusion (DTI) a été réparti par histogramme et la carte de la diffusion a été comparée avec RANO, et les réponses aux crises d'épilepsie.
Résultats :
24 malades avec un diagnostic histologique de LGG ont été inclus de 2008 à 2013. Les raisons pour la chimiothérapie étaient ou une plus grande tumeur résiduelle chez 15/24 (épilepsie ches 13/15) ou progression de la tumeur chez 9/24 (épilepsie chez 3/9). 19/24 malades sont évaluables pour la réponse. La meilleure réponse d'après RANO était : MR chez 3/19 (16%), SD chez 14/19 (74%) et PD chez 2/19 (10%). Parmi les malades avec réponse ou maladie stable d'après RANO, réduction du volume de la tumeur sur images FLAIR entre 4,3% et 42,7% (médiane : 26,6%). Chez tous les malades des changements considérables dans les modèles de diffusion, suggérant une infiltration de la tumeur réduite, a été observé après 3 cycles et est devenue plus importante après 6 cycles. 12 hors de 15 malades avaient une réduction considérable de la fréquence des crises d'épilepsie avec des changements considérables sur DTI en dépit d'une stabilité volumétrique. 17 hors de 19 malades ont subi une réopération, résection proche totale (= 95%) a été accompli chez 9/19 (47%) malades de la série entière. Chez 4 la résection totale a confirmé l'absence de mutation IDH1 chez les cellules tumorales à la marge.
Conclusions :

La chimiothérapie préopérative chez les malades avec LGG dans des régions éloquentes peut autoriser une résection totale ou proche de totale en réopération dans un sous-ensemble considérable de malades. Le DTI pourrait améliorer l'évaluation de la faisabilité de la réopération.

Les dossiers suivants


Retour à la page générale