20/11/2019
GFME actualité 704
Page accueil
Suite
Actualité de la recherche scientifique 704 sur le glioblastome

ATIM-14. Résultats de l'essai clinique de phase II du virus G47Δ de l'herpès oncolytique sur le glioblastome

Actualité 704 du 20 novembre 2019

Actualité précédente 703


Actualité suivante 704

Article original

Neuro-Oncologie , volume 21, numéro Supplément_6, novembre 2019, page vi4, https://doi.org/10.1093/neuonc/noz175.014

Auteurs : Liao G 1 , Zhao Z 2 , Yang H 1 , Li X 1, 1 Département de radio-oncologie, deuxième centre de médecine clinique, hôpital populaire de Shenzhen, université Jinan, Shenzhen, Chine. 2 Département de néphrologie, deuxième centre de médecine clinique, hôpital populaire de Shenzhen, université Jinan, Shenzhen, Chine.


Résumé :
Les virus de l’herpès simplex de type 1 (HSV-1) génétiquement modifiés et à réplication conditionnelle sont des agents thérapeutiques prometteurs pour le cancer. Nous avons développé un HSV-1 oncolytique de troisième génération, G47∆, à triple mutation, qui présente une capacité de réplication améliorée dans une variété de cancers, une induction efficace de l'immunité antitumorale spécifique et des caractéristiques de sécurité élevées. G47∆ tue également très efficacement les cellules souches cancéreuses.

Méthodes :

 Une première étude de phase I-IIa sur l'homme portant sur G47∆ chez des patients atteints d'un glioblastome récurrent a été réalisée de 2009 à 2014 à l'Université de Tokyo, suivie d'un essai clinique initié par un investigateur de phase II mené chez des patients pour tester l'efficacité. Au cours de cette phase II, chaque patient a reçu des injections stéréotaxiques de G47∆ dans la tumeur, à plusieurs reprises, mais selon des coordonnées différentes,
toutes les 4 semaines. pour le maximum 6 fois. Une dose fixe de 1 x 10E9 pfu / dose a été utilisée. Chez la plupart des patients, G47∆ a été administré en plus de la chimiothérapie d'entretien utilisant le témozolomide. Le critère d'évaluation principal était un taux de survie à 1 an. 

Résultats :
Les injections stéréotaxiques répétées ont été bien tolérées. L'analyse intermédiaire a montré que le taux de survie à 1 an de 13 patients était de 92,3%, ce qui était nettement supérieur à 15%, la valeur de contrôle préréglée basée sur une méta-analyse de données historiques. La signification statistique était supérieure au critère de cessation précoce, de sorte que cet essai a été terminé tôt et considéré comme l’étude pivot pour l’application de nouveaux médicaments. Des effets indésirables graves liés à G47∆ ont été observés chez 2 patients seulement, tous deux de fièvre de grade 2. Parce que G47 G a été désigné par le gouvernement japonais comme un médicament de thérapie révolutionnaire 'Sakigake', En outre, en tant que médicament orphelin pour le gliome malin, une approbation rapide du médicament est attendue. 

Conclusion :

G47∆ s'est avéré sûr, même lorsqu'il a été injecté à plusieurs reprises six fois dans le cerveau. L'utilisation de G47∆ peut devenir un traitement privilégié susceptible de conduire dans un proche avenir à la guérison du gliome malin..

Mots clés : Virothérapie ; tumeurs cérébrales ; herpesviridae ; virus simplex ; mutation ; glioblastome ; témozolomide ; gliome malin ; cellules souches cancéreuses

Vocabulaire

Virothérapie

La virothérapie est une intervention thérapeutique utilisant des virus oncolytiques. Le type de virus est défini par sa capacité à se répliquer dans les cellules tumorales uniquement et à détruire ces cellules lors de la réplication. De plus, le type de virus doit être capable d'induire une réponse immunitaire dirigée contre la tumeur. Les premiers essais cliniques avec virus oncolytique ont confirmé le profil d'innocuité de ces virus. Actuellement, différents groupes travaillent sur le développement de virus oncolytiques. Un essai clinique préliminaire de phase I/II, ATIM-14, au Japon, donne de bons résultats chez les patients avec glioblastome.
D'autres essais avec des adénovirus oncolytiques sont aussi en essais cliniques de phase I chez des patients atteints de gliome malin. 

 

Page accueil