Au delà de l'extrémité de la route, ©M.c. Fish, 1995, 1998
Retour

Au delà de l'extrémité de la route

Chapitre 23 : Jour commémoratif


Le gâteau attendait dans le congélateur, enveloppé dans du papier d'aluminium. Nous avions conservé du vin de notre mariage, mais nous ne le boirions pas comme nous l'avions prévu pour notre premier anniversaire, car aucun alcool n'était permis avec les médicaments que Tom prenaient. Nous avions attendu avec beaucoup d'intérêt notre anniversaire de mariage comme des gosses attendent leur anniversaire. Nous avons toujours besoin d'une bonne dose de magie, d'amour, et de célébration. Wayne et Mélisse ont soulagé Hank et Marcella ; ils sont arrivés le vendredi, et Meg est également venue. Il n'y aurait aucun traitement radioactif avant lundi, parce que c'était les vacances. Nous nous sommes attendus à ce que le lundi soit un jour splendide parce que Tom aurait tout le week-end pour récupérer des traitements de la semaine précédente.

Samedi, avec Meg nous sommes allées faire des courses pour préparer son mariage. Tom et Wayne ont passé la journée ensemble. Nous avons fait des courses pour son mariage, une robe, des chaussures, des bas, des sous-vêtements, parce que je savais que je n'aurais plus le temps avant ce mariage pour aller faire d'autres course. J'ai aussi voulu acheter un cadeau d'anniversaire pour Tom, et je lui ai pris quelques vêtements, des chemises et un pantalon assez larges. Tom avait toujours des ennuis avec les boutons. Ses anciens vêtements ne lui allaient plus très bien depuis que son corps avait grossi avec les stéroïdes, l'inactivité, et tous les casse-croûte qu'il mangeait. Dimanche était toujours un jour de paresse. Wayne, Mélisse et Tom tournaient autour de la maison en mangeant, en lisant, en parlant et en riant. Vers la fin de l'après-midi, Tous les quatre nous nous reposions dans la salle à manger, Tom et Wayne sur le divan, Mélisse et moi étendues dehors sur le plancher.

Wayne a suggéré que Mélisse et moi aillions au magasin, j'ai protesté que nous n'avions besoin de rien. Il a insisté sur le fait que nous manquions de jus de fruit, que Tom voulait manger des patates douces, qu'il n'y en avait plus et que nous pourrions aussi prendre un autre carton de lait. J'ai consenti et Mélisse et moi nous sommes allés au magasin et nous avons rempli notre panier d'épicerie. A notre retour, j'ai marché vers la maison en portant deux sacs. Je suis allée à la cuisine et j'ai rangé l'épicerie puis j'ai regardé autour de moi, avec l'impression qu'il y avait du changement. La table avait été recouverte d'une nappe blanche, et la table était mise avec les plus beaux plats en cristal et argent que nous avions. Tom se tenait dans la cuisine, fier. Il a marché vers moi, m'a embrassé, "Surprise" a-t-il dit, nous ne pouvions pas aller au restaurant "L'auberge" alors le restaurant "L'auberge" est venu ici. L'auberge est un restaurant français fabuleux, un des meilleurs de la région.

J'ai été étonné, "Mais comment vous avez fait cela ?" "Betsy l'a apporté ; les autres l'ont arrangé, Wayne et Mélisse sont allés vers la porte, et Wayne nous a indiqué qu'ils avaient fait encore d'autres projets pour la soirée. Il nous ont dit de bien nous amuser. Et de l'amusement nous en avons eu. Nous avons mangé de la nourriture française délicieuse à la lumière des bougies et nous avons parlé pendant des heures. Nous nous sommes rappelés notre mariage, notre lune de miel, et d'autres voyages que nous avions faits ensemble. Nous avons parlé de nos projets, le mariage de Meg, la fin des traitements radioactifs, peut-être que nous pourrions aller dans une station thermale quelque part pendant une semaine. Nous avons mangé le dessus de notre gâteau, un gâteau au chocolat rempli de framboise. Après le dîner, nous nous sommes tenus ensemble dans la cuisine pour nettoyer les plats. L'air était frais dans la cuisine, et en nous embrassant, faire la vaisselle était la chose la plus merveilleuse au monde.

Nous nous sommes réveillé le lundi matin, c'était le jour de notre premier anniversaire de mariage, et j'ai demandé à Tom comment il se sentait, maintenant c'était toujours la première question en commençant la journée. Alors nous nous sommes dits que notre anniversaire avait été heureux et nous sommes allés préparer le petit déjeuner. J'ai apporté un plateau de nourriture de nouveau au lit et ai poussé le nez d'Owsley loin de lui. Après que nous ayons mangé, Tom s'est levé, et est parti chercher une boîte enveloppée avec du papier fleuri et un grand ruban bleu. Il m'a offert la boite et m'a embrassée. J'ai ouvert le cadeau, c'était une belle boîte en bois découpée de bijoux. Après quelques baisers, je lui ai apporté moi aussi mon cadeau, il l'a ouvert pour découvrir les vêtements que je l'avais achetés. "Que c'est grand, merci," a-t-il répondu et il s'est penché en arrière et a déclaré "La première année du mariage est toujours la plus dure. " "Je pense que oui," ai-je ajouté. "La deuxième année sera plus facile,"

"Oui," j'ai répondu, "je ne pouvais pas vraiment penser que cela puisse être plus dur." "Je pense pas." "Notre mariage était grand,"Des mois plus tôt, Tom m'avait indiqué, "Notre mariage n'est pas totalement différent d'un voyage où tout est chaud et merveilleux. Nous avons passé notre anniversaire de mariage à nous reposer dans notre maison, et nous avons fait des tours dehors, nous avons flânéà travers la rue, le parc avec notre chien Owsley. Tom a jeté un bâton pour qu'Owsley le rattrape, pas comme il en avait l'habitude, mais assez loin. Tandis que Tom se reposait, j'ai pris une copie du rapport de notre cérémonie de mariage. Tom et moi avions décidé des détails de la cérémonie, donnant les textes que nous voulions être dits. Nous avions voulu adapter une cérémonie bouddhiste de mariage, qui disait ceci : l'amour est le fruit de la compassion. La courtoisie et la considération même dans la colère et l'adversité sont les graines de la compassion. La confiance, l'amour, et le respect sont les vertus qui soutiennent le mariage. Ils nous permettent d'apprendre de chaque situation, et nous aident à nous rendre compte que partout où nous nous trouvons, nous nous rencontrons. Nous nous nourrissons dans le mariage. De chaque manière, nous permettons à notre personnalité profonde d'apparaître. Nous prenons la pleine responsabilité de notre propre vie, dans toutes ses dimensions infinies.
Nous affirmons notre confiance dans l'honnêteté et la sagesse de notre propre corps, qui avec notre amour et révérence nous montre la manière vraie. Nous sommes faits pour embrasser toutes les parties de nous-mêmes, y compris nos craintes et les ombres les plus profondes, de sorte qu'ils puissent être transformés en lumière. Nous affirmons notre bonne volonté de maintenir nos cœurs ouverts, même dans douleur.

J'ai su que nous pratiquerions ces idées dans notre mariage, mais je n'ai jamais imaginé qu'elles seraient d'actualité aussi rapidement. Tom et moi avions facilement convenu que la plupart des idées qui étaient contenues dans notre cérémonie, puis nous avions argumenté au sujet du troisième point, être honnête et être sage dans son corps. Tom a voulu l'inclure ; moi pas . Nous étions restés éveillés tard ce soir là et nous discutions sur ce point. Pour finir, je m'étais rendue et le troisième point était resté dans notre cérémonie. Je me suis maintenant demandé si Tom le respecterait.

Après le week-end, le mardi matin, Tom m'a annoncé, "je vais finir la radiothérapie" Il ne reste plus que trois rayonnements : Mardi, mercredi, et jeudi 1er juin. Depuis le début de mai, Tom utilisait un fauteuil roulant pour se rendre à ses traitements, mais il l'a laissé les trois derniers jours. Le dernier jour, trois de ses meilleurs amis l'ont emmené au traitement. Ils avaient apporté des ballons et des fleurs et poussait des cris "Félicitations" J'avais pensé aller le chercher pour son dernier traitement, mais je ne me suis pas senti de le faire. Je n'ai pas voulu célébrer les traitements de radiation ; Je voulais en finir. En même temps je craignais qu'ils soient terminés, car pendant le traitement, en principe la tumeur ne repoussait pas.

Chaque jour pendant sept semaines Tom avait lutté et souffert. Ça avait été une épreuve cruelle et persistante. Ils ont même osé nous donner le masque protecteur grotesque de maille qui avait maintenu la tête de Tom chaque jour. Il me l'a donné car Tom ne voulait pas le jeter. Il avait développé avec ce masque comme un attachement. C'était comme un masque sacré, c'était aussi son masque de prière. Avec Tom nous étions soulagés et pleins d'espoir. Le Dr. Taylor avait dit que les effets secondaires du rayonnement pouvaient durer encore deux ou trois semaines, et nous savions que le rayonnement aurait l'efficacité maximum bientôt. Nous nous attendions à moins de tumeur, peu d'effets secondaires, la diminution des symptômes, un sursis. Nous étions excités d'aller à Philadelphie pour le mariage de Meg, et nous avons parlé d'autres voyages que nous pourrions faire. Nous nous sommes souvent dits ceci : il y a des survivants à long terme, nous en avons entendu parler, mais pour aucun d'eux cela a été facile. Tous ont combattu leurs tumeurs avec énergie, et beaucoup sont passés par des séries de traitements. Notre trajet jusqu'ici avait été plus difficile que nous l'avions prévu, mais il n'était pas contradictoire avec nos espoirs de survie. Nous allions presser la marche.