15/01/2016
GFME

Accueil
Suite
Un vaccin synthétique : MAG




Le vaccin synthétisé, appelé MAG est composé d'un cœur de lysine et de quatre peptides calqués sur des antigènes de la polio auxquels sont arrimés 3 sucres Tn. L'antigène de la polio (en bleu) est capté par les cellules dentritiques qui le dirigent vers les lymphocytes T. Ceux-ci stimulent les lymphocytesB en libérant des citokines. Les lymphocytes B qui ont détecté l'antigène Tn prolifèrent et produisent des anticorps qui se fixent auxcellules tumorales. Ce marquage induit une attaque de différents agents qui détruisent la cellule tumorale.

Vaccin synthétique MAG


Chercheurs : Sylvie Bay, Richard Lo-Man, Sophie Viguier-Guerre, Claude Leclerc
Ces quatre chercheurs de l'Institut Pasteur ont élaboré un vaccin synthétique capable de provoquer sur des souris humanisées 70% de guérison sur des tumeurs. Un nouveau pas vers la mise au point d'un vaccin tueur de cancer.
Eduquer le système immunitaire
L'équipe est partie de la constatation que les cellules cancéreuses expriment à leur surface des sucres que nous appelleront des marqueurs Tn qui sont masqués dans les cellules normales. Or ces sucres ne déclenchent qu'une faible réponse immunitaire. Il s'agit donc d'apprendre au système immunitaire à les reconnaître.
L'activation de lymphocytes T et B
L'originalité de la recherche consiste à coupler le marqueur Tn synthétique non reconnu à un antigène déjà connu, un peptide de la polio. Les premiers résultats en 1997 sont insuffisants alors l'équipe revoit la structure des sucres des tumeurs, elle est en amas. Une nouvelle molécule est synthétisée autour d'un cœur de lysines, une structure à quatre branches et sur chacune d'elle 3 sucres Tn. Le succès est là, 70 à 90% des souris vaccinées avec ce vaccin appelé MAG élimine la tumeur.

Une attaque multi-frontale
Le vaccin synthétique
est-il l'avenir de la lutte anti-cancer ?? difficile de le dire aujourd'hui. Partout dans le monde des études en phase 1 sur des vaccins sont déjà en essai cliniques (En France à Angers Pr Menei). Les plus prometteurs aujourd'hui reposent sur les vaccins avec cellules dentritiques. Les résultats spectaculaires de l'équipe allemande du CHU de Gottingen (Pr Gerhard Muller) sur le cancer du rein avec la solution cellules dentritiques a une longueur d'avance. Les deux vaccins seront complémentaires et viendront s'ajouter aux traitements traditionnels.
Les essais cliniques
C'est la question qui taraude Claude Leclerc et Sylvie Bay, les essais cliniques coûtent cher et il faut convaincre les industriels pour qui les vaccins sont des domaines à risque. Au vu des résultats de l'équipe on ne peut être que confiant.
L'avantage de la méthode
Si l'activation des lymphocytes B à partir de l'antigène de la polio est connu et utilisé depuis longtemps en cancérologie, il s'agira de vérifier si chez l'homme les lymphocytes B ont bien détecté l'antigène Tn synthétique et produisent des anticorps en nombre suffisant qui se fixent bien aux cellules tumorales pour induire une lyse des cellules tumorales. La méthode a au moins l'intérêt de ne pas avoir à effectuer des prélèvement de cellules tumorales pour les réinjecter ensuite au patient.

Page générale