GFME 28/04/2013 Accueil
Suite  
Tamoxifen (Chimiothérapie orale)
Epreuve clinique sur glioblastome en récidive ou progression
L'épreuve clinique est une phase I pour évaluer la sûreté clinique et l'efficacité possible du tamoxifen aux patients avec les tumeurs gliales malignes récidivantes aux dosages calculés pour réaliser des niveaux suffisamment pour empêcher la protéine kinase C dans les cellules de tumeur. Tamoxifen a été administrés à des dosages très élevés à 32 patients (20 M, 12 F, gamme 26-75 ans, moyenne49 ans) avec le gliome malin histologiquement vérifié, 12 patients avec astrocytome anaplastique et 20 patients avec glioblastome en progression ou en récidive clinique après la radiothérapie externe (et la chimiothérapie additionnelle chez 11 patients et immunothérapie chez 2). Le dosage de tamoxifen administré était de 200 mg/jour aux patients masculins et 160 mg/jour aux patients féminins. Une réponse clinique et radiographique a été observée chez 8/32 patients (25%; 4/12 des aa et 4/20 des glioblastomes, une stabilité chez 6/32 patients (19%). La survie médiane dès le diagnostic pour la cohorte entière était de 24 mois (104 semaines), 42,5 mois pour le groupe astrocytome anaplasique et 17,4 mois (75,5 semaines) pour le groupe groupe glioblastome. Du déclenchement de tamoxifen, la survie médiane pour la cohorte entière était de 10,1 mois (44 semaines), 16 mois (69 semaines) pour le groupe astrocytome anaplasique et 7,2 mois 31 semaines) pour le groupe glioblastome. Ces données suggèrent qu'un sous-groupe de patients avec des gliomes malins répondent ou stabilisent avec la thérapie haute dose de tamoxifen. Cette thérapie peut représenter une alternative ou un adjuvant aux chimotherapies existantes pour ces tumeurs.
L'avis de GFME, une action limitée
La survie de 31 semaines après le début de Tamoxifen pour le glioblastome en récidive est à peu près confirmé avec l'essai radiothérapie et Tamoxifen en simultané pour les patients nouvellement diagnostiqués, survie moyenne de 40 semaines.Mode d'Action du Tamoxifen
Des travaux précédents ont démontré que les taux de prolifération des gliomes malins sont sensibles aux inhibiteurs du système intracellulaire de transduction de signal de la protéine kinase C (PKC) in vitro. Les gliomes humains malins expriment une activité très élevée de PKC, comparés aux cellules gliales normales (2 ou 3 fois plus), et cette activité élevée est corrélée avec la prolifération de ces tumeurs in vitro. Ces observations ont soutenu un rôle important du système de PKC dans la croissance des gliomes et ont conduit à penser que des inhibiteurs de PKC pouvaient être une thérapie adjuvante à la thérapie habituelle des patients avec des gliomes malins. Tamoxifen, in vitro, empêche l'activité et la croissance de PKC de plusieurs lignées de cellules malignes de gliomes, activité qui provient de son effet blocus sur un récepteur d'oestrogène. Le traitement des patients avec des gliomes malins récurrents avec basse dose orale de tamoxifen (40 mg/jour) ne démontre aucune amélioration de la survie. Puisque la réponse qu'inhibitrice de PKC à tamoxifen est dépendant de la dose, l'épreuve clinique actuelle est entrepris pour évaluer la sûreté clinique et l'efficacité possible d'administrer des dosages très élevés de tamoxifen aux patients avec des gliomes malins récurrents. Les dosages choisis ont été calculés pour réaliser in vivo des niveaux suffisant pour empêcher la transduction du signal de PKC dans les cellules.
Les auteurs de l'essai
William T. Couldwell, David R. Hinton, ami A. Surnock, Christopher M. DeGiorgio, Leslie P. Weiner, Michael L.j. Apuzzo, Lena Masri, Ronald E. Law et Martin H. Weiss, départements de chirurgie neurologique William T. Couldwell, M.d., Ph.D., Département de chirurgie neurologique Université Médicale De New York Pavilion de Munger, pièce 329 Valhalla, NY 10595.
Radiothérapie et Tamoxifen haute dose en simultané
Essai clinique de phase I, faisabilité et toxicité de tamoxifen et de radiothérapie postopératoire pour patients avec glioblastome récemment diagnostiqué. 12 patients avec glioblastome confirmé, 9 masculins, 3 féminins, gamme 30-75 ans, moyenne 48,8 ans, Karnofsky entre 60 et 70 pour 4 patients et entre 80 et 100 pour 8. 11 malades ont eu la résection partielle de leur tumeur et 1 complète. Le traitement est commencé 2 semaines après la chirurgie avec Tamoxifen haute dose 120 mg/m2. La radiothérapie est de 59,4 grays en 6 semaines.
Les IRMs ont été mensuels. Résultats : La survie médiane était de 40 semaines (gamme 22-84 semaines). Un patient a eu beaucoup de vomissements obligeant à l'interruption du tamoxifen après 2 mois, un autre malade avait une thrombose veineuse profonde bilatérale. Il n'y avait pas de réponses radiologiques après deux semaines de TAM ou à la fin de la radiothérapie. Le temps médian
à progression était de 17.7 semaines (gamme 5.1 - 43.8 semaines). le temps de survie médian était 33.4 semaines (gamme 10-79.7). La survie à 48
et 74 semaines étaient de 40% et de 15%, respectivement. Conclusion: Notre étude montre que Tamoxifen haute dose est faisable et bien toléré. En outre, l'usage combiné de haute dose de tamoxifen et de radiothérapie n'a pas été associé à une augmentation de la toxicité neurologique radiation-induite. Cependant, la haute dose de tamoxifen ne paraît pas améliorer les résultats du traitement.
Retour à la page générale